615b8b35b61a6_monchoachi-1794093[1]

 

L’eau

...............................................................

VI

Rien, le reflet

 

Pattes d’oiseau dans l’eau des marais,

               longues échasses en chasse

               et derrière longs cils,

                         firmament,

                         perles en fonds coui d’or ;

Libellules au repos dans rizière,

               fleurs karité irradient couchant ;

Troupeaux émergent

                         innombrables au poil soyeux sur berge dsivoa :

Infinie douceur en quoi tout se mire,

                         ah ! préservez intact le grain de lumière !

                         ah ! garder précieuse la chose qui rutile !

 

Et derrière les joncs les ombres lâchent prises

                         Temps et convoitise,

                                                     Suppose your mother and your father...

                         les deux battants ouverts pour la marche du lumineux,

                                       cornaline et malachite,

                                       cornaline et topaze,

                                       topaze et turquoise,

                                       deux ventaux porte canal ouverts,

                                       couronnes rouges séparées,

                                       disposées affaires,

                                       le dieu mait’ chapelle vient courbé,

                       bienhéré bienmonté grémèci,

                       derrière les joncs les vanités s’évanouissent :

                       Temps et profusion,

                       (ta saleté, ce qui est dans ton crâne !

                       oublie les heures !)

Derrière les joncs les lions se désaltèrent,

                       miel fin et lait,

                       lait et hydromel,

                       et brin malonmen,

Y font des choses (toutes sortes)

                       se lèvent et se couchent,

                       se couchent et se soient,

                       se couchent et s’assistent

                       sont et viennent,

                       disposent eau (et) air,

Font toutes sortes,

                       « polygamie est marque richesse »

 

Têtes rasées des femmes Masaï

                       riches parures, lourds bracelets tchouive,

                       vêtements d’herbe sèche, « nœuds dans l’herbe,

                       et sorte boutons l’or » ;

 

Hommes, leur côté, vont nus :

                       ici le minéral et le végétal, là l’animal,

                                                  « la triple couronne du pape ».

 

Derrière les joncs, Raison tombe,

                                       tombent Temps et quintessence

                                       parole qui blié dleau

                                       savoir encayé en tè sec, sans eau,

Sans offrande, les eaux tarissent ;

                       offrande d’eau est sans contemplation frémissante,

Don d’eau est don saisissement

                                                                               et rêve ;

Derrière les joncs, la belle surnommée « la Belle » s’est parée d’outrance,

                       (c’est la pouliche embrumée qui est le sanctuaire du dieu)

                                                  yeux bordés bleu antimoine,

                                                  lèvres rougies kola,

                                                  corps saupoudré henné.

 

Sous la brise, la barge est gréée,

                                                  sa proue,

                                                  sa poupe,

                                                  ses deux tolets,

                                                  sa tête de mât,

                                                  ses membrures,

                                                  gouvernail et support gouvernail,

                                                  perches sondage,

                                                  amarre proue ;

 

Derrière les joncs, l’eau des marais

                                                  voit sans voir, impassible,

                                                  JEUX MARMOTS,

Tout ce qui arrive, passe, se brouille et se dissipe

Lui appartient  RIEN

                       n’existe et n’est visible que dans son reflet :

                                       demeure commune,

                                       unique savoir, unique vouloir.

 

VII

L’unique savoir

 

Mouvement des eaux, mouvement des astres.

 

Lorsque le fleuve est loin du marigot,

                              Orion, Sirius et Canopus sont au zénith,

                              la tête de la Grande Ourse sort à l’Est

                              juste avant le lever héliaque,

                              la Voie lactée est au milieu du ciel.

 

Lorsque le fleuve arrive,

                              Vénus de l’Ouest est au plus près d’Aldébaran,

Quand la crue du fleuve est à son maximum,

                              la Voie lactée, le fleuve du ciel

                              circule sous la route du Soleil.

Un tourbillon se lève à l’Ouest

                                       quand Vénus de l’Ouest la femme de la lune

                                                  s’approche des Pléiades ;

Un autre se lève à l’Est

                              quand Vénus à l’Est s’approche de la Grande Ourse.

Les marigots se soudent au lever héliaque de Sirius ;

                              au lever de la Grande Ourse,

La mare quitte la terre noire de la brousse

Et se dirige vers le fleuve :

Elle quitte le fleuve au coucher des Pléiades.

 

Quand la tête de la Grande Ourse disparaît, il n’y a plus de poisson

               dans le fleuve ;

On inaugure la pêche

               quand la Grande Ourse resurgit

                              comme un cheval au-dessus de l’horizon,

               les quatre membres, la tête et la queue

                              dans un terrible éblouissement.

Dès qu’au lever du Soleil la tête de la Grande Ourse apparaît à l’horizon

                              deux pirogues partent sur l’eau :

                              le maître de l’eau, deux enfants qui pagaient,

                                                  trois femmes pour piler le mil,

                              un mouton, un coq, une jarre de miel,

                                                  une jarre de bière de mil ;

 

Quand le grand chien d’Orion se lève avant le lever du Soleil

Et que Vénus est à l’Ouest,

                              au moment où le fleuve est au maximum de sa crue,

                              c’est le moment de couper le djarto.

Quand la tête de la Grande Ourse se lève à l’Est

                              avant le lever du soleil, on coupe le nteng.

 

Lorsque Vénus se trouve près d’Aldébaran,

                              au coucher du Soleil on égorge un taureau noir

                              on étouffe une chèvre rouge.

Au lever héliaque de la tête de la Grande Ourse

Se déroule la cérémonie de perception des redevances.

Au lever héliaque de la Grande Ourse

                              commence la chasse à l’hippopotame ;

Elle dure jusqu’au lever des Pléiades à l’arrivée de la saison des pluies

                                                  au confluent des fleuves.

                              Quand le fleuve est au maximum de sa crue

                                                  et que le vent tardonya pénètre l’eau

                              on tue l’hippopotame dans le trou d’eau

                                                  avec les ongles on confectionne des laya

                              à l’usage des femmes stériles

                              un morceau de viande est jeté en sacrifice au fleuve.

 

Quand Vénus est proche de l’étoile Aldébaran

          deux filles vierges revêtues d’un pagne blanc

                                                  sont ensevelies sous les remparts,

          le marigot, queue et têtes coupées, ne recevra plus que l’eau du ciel.

 

En saison sèche, lorsque la tête de la Grande Ourse sort à l’Est

                              au lever du Soleil a lieu l’émasculation des esclaves

                              sous un palmier rônier,

                                                au confluent du marigot et du fleuve.

 

Tshakadam (le tissage) est sorti du fleuve lorsque

                                                la Grande Arche s’est retournée.

                              réglé sur les douze stations du Soleil (4-4-12)

                                                et sur les neuf stations de Vénus (4-4-9).

 

                              Au moment du mariage, la femme monte

                                                                           en suivant le lever héliaque des

                                                        Pléiades

                                                                           de la droite à la gauche

                              Les eaux de la terre se croisent

                                                                           montent et descendent

                                                                           se jettent dans les trous des

                                                                                          lacs.

                              Les routes des constellations se croisent

                                                                           montent et descendent

                                                                           se jettent dans le trou des

                                                        Pléiades

 

                              Mouvement des eaux, Mouvement des astres,

                                                                           Mouvement des règnes

                                                                           Mouvement des doléances.

 

VIII

Grandeur silencieuse

 

Puis eau tisse, corps de rêve

               tantôt coule chargé de sève

                              feuilles bruissantes,

                              tantôt immobile son corps dans des marais boueux,

               tantôt murmure tout bas sur un lit de basalte.

                              dans un terrible éblouissement.

Douze jeunes filles parmi les griottes

                                        trous beauté bord fesses

               douze servantes

                                        longues écharpes brodées.

Oiseau au sommet du ciel

                                        gratte avec les pattes,

                                        termitière s’enfondre sous coups d’bec.

               fléaux s’abattent en mesure,

                                        juque elle soit dure,

               qu’en dessous la terre soit dure,

                              concassent en cadence,

                              eau saturée ék lanmidon,

                              vêtements sur mesure,

                              une jambe jusqu’à la cheville,

                              l’autre en bas des reins,

                              sur mesure,

                              zos s’entrechoquent,

Et sur les lèvres un sourire,

                              banqué ak M’ché Ti-mo-té, ca-chi-m’-bo l’

                              lan guiole li, li té pr’alle ach’té tin-m lapòss

                              sourire qui va fleurir,

                              ibis dans le sorgho

                              vipère gîte dans termitière

                              bonté pas affaire caractère mais élévation

                              sur lèvres va fleurir

                                                  ce qu’a dit oiseau,

                                                                                fleur pastèque

                                                  bord des lèvres

                                                  traverse lac flap sur dos héron,

                                                  franchit porte Deux-Béliers,

                                                  bocanté en lion,

                                                  rouge couronne sur tête

                                                  fend lentouraille, écarte broussailles, ostacles,

                                                  rugit trois fois sis pattes arrières,

                              fait tournoyer queue sur tête,

Puis redevient              lapèsõnne

                                                  puis sitôt épervier

                                                                terreur poussins,

s’élève rhaut dans ciel

                                                  ce qu’i fit

Sis sur peau boeuf blanche

                                                  tenant chasse-mouche blanc,

Puis bocanté toutrelle

Perchée sur       roucoule trois fois.

 

Debout dans barque,

                                                  par milliers gibiers eau,

Oies-ro, gorges vertes,

                                                  étang profond, eau tourbillonnante,

Python roulé, vingt huit nœuds pas moins,

Poitrine Néphtis tendue vers bouche,

                                                  lait merveille à grands traits,

                                                  lait’ pou bouè manger,

 

Suce langue Isis,

                                                  « tiens, suce ma langue » (enlacements)

                                  tété lang-mwen ha mwen, Yélé !

« Quand je partirai coté-cité, qu’aurais-je à raconter, Petite Mère ?

Déteste le sommeil ! »,

Caché dans hangar claire-voie,

                                                  seul dans chaleur soleil,

Grand bélier seul dans chaleur soleil,

« Déteste le sommeil, déteste le sommeil ! »

Reviendra quand il faudra,

                                                  viendra quand il fera

                                                  jour chaque jour comme tout autre jour,

Son monde propre

                         ta l’ki ta l’

Le laissant et l’emportant

                         poté’laller, le laisssant et le portant             

                                                                                  Laissél’ grãinin,

Tête comme feuillage,

                         zyeux bouffis , cals zyeux grigis , petits morceaux glaise,

                                                                                          kãnyãn- kãnyãn

 

                         Grandeur silencieuse

                                                                    Oubli oubli.

 

IX

Paré téter sa mère

 

Chacun vers la lune lançait des tiges de mil,

Quatre quand la chance était femelle,

                                                  « Et les femmes poussèrent des cris de joie » ;

Trois couteaux de jet sacrés premier-né mâle,

Bourma pleines bière mil

Taureaux dans étables des vaches tachetées

Et Respé intact dans enclos taureaux châtrés

                              narine muni anneau

Bourma badées bière miellée

                              badées bière sorgho miellée

Et on boivait et on versait dans trou terre pa’esprés

On versait ainsi qu’aux fétiches

Ceux qui tissent amis

                            ceux qui tressent

          qu’ont fait adorations,

          qu’ont dansé lajoie pattes avant dans le flot,

                                        Sentir l’odeur son corps,

                                        sentir son corps

Paré téter sa mère (bondé en rhaut cièl !)

 

                           pour un lhorizon

                                        « là où le monde est doux ».

Et les eaux luxuriantes passé nulle offrande

                            ruisselant sur épaules et peau,

Ruisselant lourdes jarres soutenues les deux mains,

                            comme la source dans la montagne,

                            comme rivières sur pierres noires polies

Ruisselant le long cuisses,

Faisant miroiter les cuisses

                                        à contrailler l’Avaleur des eaux ;

Boue ocre, boue molle,

                         mêléé excréments agãman.

Longé dans lageu rigole,

                                        Six cent orages dans lageu jadin,

Horus au cœur étoiles

                                        en bas

                                    trou fawafa

                            lové dans boue marigot

                            faisant corps avec glaise

                                         lieu zhèbe

                                         lieu nousage

                                         lieu deux rives

                                         deux bôdages

Demeure qui fait fleurir image,

                                         « l’entrée palais devant »,

                                                                                    et dessous la source,

                                                                                            « dessus, lac » 

                                                                                     « le bord ciel. »

 

Et les eaux s’entrecroisent, muettes

                                                         se mêlent

                                                         Celles, secrètes qui apaisent tempête,

Celles qui tempèrent poupe et proue.

               A présent chacun en son corps respire,

                                       chacun son souffle happe

                                           avale les quatre vents

                                       la joie dans les cordages

                                           la joie dans les voiles

                                       bourdonnement mouche

                                       bruit dleau dans calebasse :

                        Pour eux ionn’, les morts jà morent souèf.

                            Pour eux, les morts meurent soif.

 

Partition noire et bleue (Lémisté 2)

Editions Obsidiane, 2015

Du même auteur :

Manteg (26/02/2021)

L’eau (I-V) (26/02/2022)