russia-shows-iosif-joseph-aleksandrovich-brodsky-poet-essayist-series-nobel-laureate-literature-russia-circa-stamp-119874294[1]

 

A Anna Akhmatova

 

Tendus vers le ciel les coqs chanteront,

par les avenues crisseront les bottes,

les chevaux d’émeraude étincelleront

à l’heure même de notre mort.

 

La flûte enchantée sifflera par les ruelles,

les pistolets éclateront de rire

sur le canal près des vitres tremblantes,

la chambre s’inondera de lumière.

 

Et passeront en effleurant les buissons

les soldats invisibles de l’été brûlant,

le long des allées taillées à ras

comme les ombres des vaisseaux ovoïdes.

 

Ainsi s’avancera le vingt et unième siècle d’or

sur la piste éblouie de soleil rouge

renversant l’univers dans la brume

pour répondre aux questions et aux anathèmes.

 

Mais sur le champ-de-mars avant la nuit

vous viendrez sans personne, solitaire,

enveloppée d’un manteau bleu, comme jadis,

à jamais sans courtisan,

                                 sans nous.

 

Vous n’avez à la main qu’un cornet de papier,

un taxi éperdu vous suit de loin,

l’eau frissonne et flamboie à vos côtés,

sur l’asphalte pendent les fils téléphoniques.

 

Vous lèverez votre visage ébloui

votre rire sonnera comme un cri d’adieu

et sur le pont tiède un chuchotement sourd,

éphémère bouleversera la ville.

 

Je n’ai pas vu, je ne verrai pas vos larmes,

je n’entendrai pas le chuintement des roues

qui vous portent vers le golfe et les arbres

à travers le pays où manque votre statue.

 

Dans une chambre étroite et sans livres,

sans courtisans – là-bas vous n’êtes plus pour eux –

vos tempes entre les paumes de vos mains,

sur nous vous écrirez de biais.

 

Et vous direz alors : Seigneur, mon dieu,

cet espace désert n’est plus que chair

d’esprits trahis par leur vocation.

Ce n’est ta nouvelle Création.

 

Traduit du russe par Jean-Jacques Marie

In, Joseph Brodsky : « Collines et autres poèmes »

Editions du seuil, 1966

Du même auteur :

Définition de la poésie / Определение поэзии (29/04/2016)

Passent les nuages / Проплывают облака (29/04/2017)

Tu galoperas dans le crépuscule (29/04/2018)

« Le grand Hector gît... / « Великий Гектор стрелами убит... » (29/04/2019)

Elégie à John Donne /Большая элегия Джону Донну (29/04/2020)

Dédicace à Gleb Gorbovski / Посвящение Глебу Горбовскому (29/04/2021)