Ryokan1[1]

 

Le ciel est bleu et froid, les oies sauvages crient

la montagne est dépouillée, les feuilles des arbres volent

au soleil couchant, sur le sentier du village d’où montent les fumées,

seul, avec mon bol vide je rentre

 

Traduit du japonais par Cheng Wing fun et Hervé Collet

in, Ryokan : « Le moine fou est de retour »

Moundarren éditeur, 78940 Millemont

Du même auteur : « Le voleur parti... » (27/08/2019)