kFA7nshzF_FlgHQJ_L-lnBelZNo@222x519[1]

 

L’épopée de Gilgameš

(Version ninivite)

 

TABLETTE I

Les deux héros

 

Présentation du héros

     Je vais présenter au monde

          Celui qui a tout vu,

     Connu la terre entière,

          Pénétré toutes choses,

     Et partout exploré

          Tout ce qui est caché !

     Surdoué de sagesse,

          Il a tout embrassé du regard

     Il a contemplé les Secrets,

          Découvert les Mystères ;

     Il nous en a même appris

          Sur avant le Déluge !

     Retour de son lointain voyage,

          Exténué, mais apaisé

    Il a gravé sur une stèle

          Tous ses labeurs !

 

Rappel de son œuvre encore subsistante

     C’est lui qui fit édifier les murs

          D’Uruk-les-clos

     Et du saint Eanna,

          Trésor sacré !

     Regarde-moi cette muraille,

          Serrée comme un filet à oiseaux !

     Considère ce soubassement

          Inimitable !

     Palpe cette dalle du seuil

          Amenée de si loin !

     Avance-toi vers l’Eanna,

          Résidence d’Istar,

     Que nul roi ultérieur, personne,

          N’a jamais pu contrefaire !

     Monte

          Déambuler sur les remparts d’Uruk ;

     Scrutes-en les fondations,

          Contemples-en le briquetage :

     Tout cela n’est-il pas

          Brique cuite ?

     Et les Sept Sages, en personne,

          N’en ont-ils pas jeté les bases ?

    Trois cent hectares de ville, autant de jardins,

          Autant de terre vierge – c’est l’apanage du temple d’Istar

     Avec ces mille hectares, tu couvres du regard

          L’entier domaine d’Uruk !

 

Ses aventures, qu’il a consignées par écrit

     Va maintenant chercher

          La cassette en cuivre,

     Manœuvres-en

          L’anneau de bronze,

     Ouvres-en

          Le volet à secret,

     Et tires-en la tablette de lazulite,

          Pour y déchiffrer

     Comment ce Gilgameš      

          A traversé tant d’épreuves !

 

Hommage lui est rendu : pour ses vertus

     Exceptionnel monarque,

          Célèbre, prestigieux,

     Preux rejeton d’Uruk,

          Buffle à la corne terrible,

     Il précédait ses gens,

          Entraîneur ;

     Ou bien il les suivait,

          Renfort des siens !

     Puissant filet-de-guerre,

          Protecteur de ses troupes,

     Masse d’eau démontée

          Qui démolit jusqu’aux murs de pierre :

     Tel était le fils de Lugalbanda,

          Gilgameš à la force accomplie,

     L’enfant de la Vache sublime :

          Ninsuna-la-Buflesse, 

     Tel était Gilgameš 

          Parfait, éblouissant !

 

et pour ses hauts faits

     Lui qui ouvrit

          Les passes des montagnes,

     Creusa des puits

          Sur la nuque des monts,

     Passa la mer,

          La Mer immense,

          Jusque là d’où sort le Soleil,

     Et explora l’univers entier

          En quête de la vie-sans-fin,

     Poussant, avec hardiesse,

          Jusqu’à Utanapištî-le-lointain

     Restaurateur des Sanctuaires

          Qu’avait anéantis le Déluge !

     Entre la multitude des hommes,

          Il n’y en a pas eu un

     Qui pût rivaliser avec lui

          En souveraineté,

     Et déclarer comme lui :

          « Le Roi, c’est moi, moi seul ! »

 

Sa personne

     Ce Gilgameš, 

              Dès sa naissance,

              Etait prestigieux !

     Dieu aux deux tiers,

          Pour un tiers homme,

     La forme de son corps,

          Ma l’avait dessinée,

     Elle en avait agencé la figure

..................................................  

          Et superbe sa prépotence !

     Il était

          De vigueur accomplie

 

Ses excès de pouvoir

     Entre les clos d’Uruk,

          Il allait et venait ;

     Tête haute, pareil à un buffle,

          Il étalait sa force ;

     Sans pareil

          A brandir ses armes ;

     Son escorte toujours sur pieds,

          A ses ordres !

     En leur privé, pourtant, les gaillards d’Uruk

          Ne cessaient de trembler :

    « Gilgameš disaient-ils ne laisse pas 

          Un fils à son père !

    Jour et nuit, avec arrogance

          Il ................................ !

    Tout Pasteur soit-il 

          D’Uruk-les-clos

     Puissant et glorieux

          Sagace et averti,

     Gilgameš ne laisse pas

          Une adolescente à sa mère,

     Fût-elle fille d’un preux,

          Même déjà promise ! »

 

poussent les dieux à lui préparer un rival

     A force d’ouïr leur complainte,

          Les Grand dieux,

     Les dieux célestes,

          Interpellèrent le Seigneur d’Uruk :

     « N’est-ce pas toi qui as mis en place

          Gilgameš, ce buffle arrogant,

     Sans pareil

          A brandir ses armes ;

     Son escorte toujours sur pieds,

          A ses ordres ?

     Ce Gilgameš qui ne laisse pas

          Un fils à son père,

     Qui, jour et nuit, avec arrogance,

          ...............................

     Et tout Pasteur soit-il

          D’Uruk-les clos,

     Tout Pasteur soit-il

          Et Roi de ses sujets,

     Puissant et glorieux

          Sagace et averti,

     Il ne laisse pas

          Une adolescente à sa mère

     Fût-elle fille d’un preux,

          Même déjà promise ? »

     Tant et si bien qu’Anu

          Ayant fini par ouïr leur complainte,

     Ils interpellèrent Aruru-la-grande :

          « Aruru, toi qui as formé l’Homme,

     Forme, à présent, ce qu’Anu te dictera,

          Sur le patron de l’Ouragan par lui imaginé.

     Lui et Gilgameš s’empoigneront,

          Et Uruk retrouvera le calme ! »

     Ayant ouï

          Cette requête,

          Aruru se pénétra

          De ce que lui dicta Anu.

     S’étant alors

          Lavé les mains,

          Elle prit un lopin d’argile

           Et le déposa dans la steppe

 

Enkidu : sa personne et ses moeurs

     Et c‘est là, dans la steppe,

          Qu’elle forma Enkidu-le preux.

          Mis au monde en la Solitude,

          Aussi compact que Ninurta.

     Abondamment velu

          Par tout le corps,

          Il avait une chevelure

          De femme,

     Aux boucles foisonnant

          Comme un champ d’épis.

     Ne connaissant ni concitoyens,

          Ni pays,

          Accoutré

          A la sauvage,

     En compagnie des gazelles.

          Il broutait ;

     En compagnie de sa harde,

          Il fréquentait l’aiguade ;

     Il se régalait d’eau

          En compagnie des bêtes.

 

Découvert, il fait peur

     Or, un chasseur

          - Un poseur de pièges,

     Tomba sur lui

          Au bord de l’aiguade,

     Une première fois

         Une autre, une troisième

          Au bord de l’aiguade,

          Il tomba sur lui.

     Quand le chasseur l’eut vu,

          Il en fut médusé ;

     Et lorsqu’avec sa harde,

          Enkidu eut regagné son gîte,

     Le chasseur demeura troublé,

          Perplexe et sans mot dire,

     Le cœur serré

          Le visage assombri

     De l’inquiétude

          Qui lui était entré au ventre :

     Il avait le visage

          D’un qui revient de loin...

 

Dénoncé, on lui prévoit un piège pour l’attirer

     Le Chasseur, ayant alors ouvert la bouche,

          Prit la parole

          Et s’adressa

          A son père :

     « Mon père, il y a un gaillard,

          Venu du désert :

     C’est le plus fort du pays,

          Le plus vigoureux ;

     Sa musculature est aussi puissante

          Qu’un bloc venu du Ciel !

     Constamment,

          Il vagabonde au désert ;

     Constamment,

          Il broute avec sa harde ;

     Il hante constamment

          Les abords de l’aiguade ?

     J’en ai eu si peur

          Que je ne l’ai pas approché !

     Il a comblé les trapes

          Que j’avais moi-même creusées ;

     Arraché les filets

          Que j’avais tendus,

     Et détourné de moi

          Gros et menu gibier !

     Il ne me laisse plus

          Battre la steppe ! »

     Son père, ayant ouvert la bouche

          Prit la parole

          Et s’adressa

          Au chasseur

     « Mon fils, à Uruk

          Demeure Gilgameš.

     Personne

          N’est plus fort que lui ;

     Sa musculature est aussi puissante

          Qu’un bloc venu du Ciel !

     Va le trouver,

          Mon fils,

     Et l’informer

          De la vigueur de cet être-humain.

     Il te donnera

          La Courtisane Lajoyeuse,

          Que tu emmèneras

          Avec toi à la chasse,

     Lui expliquant

          Combien ce gaillard est robuste.

     Lorsque sa harde

          Arrivera à l’aiguade,

     Elle ôtera

          Ses vêtements,

          Elle dévoilera

          Ses charmes,

     Et quand il la verra ainsi,

          Il se jettera sur elle.

     Alors sa harde, élevée avec lui,

          Lui deviendra hostile ! »

 

Gilgameš averti,

     Ayant prêté l’oreille

          Au conseil de son père,

     Le Chasseur

          S’en fut trouverGilgameš.

     Il prit chemin,

          Et mit pied

          En Uruk.

     Ecoute-moi, Gilgameš.

          Prête l’oreille à mes paroles :

     Il y a un gaillard,

          Venu du désert,

     C’est le plus fort du pays,

          Le plus vigoureux ;

     Sa musculature est aussi puissante

          Qu’un bloc venu du Ciel.    

     Constamment

          Il vagabonde au désert ;

     Constamment

          Il broute avec sa harde ;

     Il hante constamment

          Les abords de l’aiguade.

     J’en ai eu si peur

          Que je ne l’ai pas approché !

     Il a comblé les trapes

          Que j’avais moi-même creusées ;

     Arraché les filets

          Que j’avais tendus,

     Et détourné de moi

          Gros et menu gibier.        

     Il ne me laisse plus

          Battre la steppe ! »

   

fait exécuter la machination prévue

     Gilgameš.

          S’adressa à lui, le Chasseur :

     « Va-t-en, Chasseur, et emmène avec toi

          La Courtisane Lajoyeuse.        

     Lorsque sa harde

          Arrivera à l’aiguade  

     Elle ôtera ses vêtements,

          Elle dévoilera ses charmes,

     Et quand il la verra ainsi,

          Il se jettera sur elle.        

     Alors sa harde, élevée avec lui,

          Lui deviendra hostile ! »  

 

Rencontre d’Enkidu avec la Courtisane

     Le Chasseur s’en fut donc, emmenant avec lui

          La Courtisane Lajoyeuse.

     Ils prirent route

          Et tirèrent chemin,        

     Et, au bout de trois jours,

          Arrivèrent au bon endroit.  

     Chasseur et Courtisane,

          Installés en leur coin,

     Restèrent là, un jour, deux jours,

          Aux abords de l’aiguade.        

     Puis la harde arriva

          Pour s’y abreuver :  

     Arrivèrent les bêtes

          Pour se régaler d’eau.

     Enkidu en personne,

          Naturel du désert,        

     Broutait

          En compagnie des gazelles ;

     En compagnie de sa harde,

          Il s’abreuvait à l’aiguade,  

     Et se régalait d’eau

          En compagnie des bêtes.

     Lajoyeuse le vit,

          Cet être-humain sauvage,        

     Ce redoutable gaillard

          D’en pleine steppe :  

     « Le voilà, lui dit le Chasseur

          Dénude-toi, Lajoyeuse,

     Découvre-toi le sexe

          Pour qu’il y prenne ta volupté        

     Et n’aie crainte

          De   l’épuiser !

     Lorsqu’il te verra ainsi,

          Il se jettera sur toi : 

     Laisse alors choir ton vêtement

          Pour qu’il s’allonge sur toi,

     Et fais-lui, à ce sauvage,

          Ton affaire de femme !        

     Alors, sa harde, élevée avec lui,

          Lui deviendra hostile,  

     Pendant que de ses mamours,

          Il te cajolera ! »

 

Enkidu tombe dans le piège amoureux

     Et Lajoyeuse

          D’écarter ses voiles

          Et de se découvrir le sexe,        

          Pour qu’il y prît sa volupté,               

     Sans crainte

          De l’épuiser.  

     Quand elle eut laissé choir son vêtement,

          Il s’allongea sur elle,  

     Et elle lui fit, à ce sauvage,

          Son affaire de femme,

     Tandis que, de ses mamours,

          Il la cajolait.        

     Six jours et sept nuits,

          Enkidu, excité, 

          Fit l’amour à Lajoyeuse !  

 

et se trouve coupé de sa compagnie animale

     Une fois soûlé

          Du plaisir qu’elle lui avait donné,

     Il se disposa

          A rejoindre sa harde.        

     Mais à la vue d’Enkidu

          Gazelles de s’enfuir,  

     Et les bêtes sauvages,

          De s’écarter de lui.  

     Son corps vidé de force,

          Il voulut s’élancer :

     Ses genoux trop paralysés

          Pour talonner ses bêtes,        

     Enkidu était affaibli,

          Incapable de courir comme avant.

 

Il s’attache donc à la Courtisane

     Mais il avait mûri

          Il était devenu intelligent !

     Aussi revint-il s’asseoir,

          Aux pieds de la Courtisane.        

     Les yeux rivés

          Sur son visage,  

     Il comprenait

          Tout ce qu’elle lui disait.  

 

qui lui propose de l’emmener à Uruk

     La Courtisane

          S’adressa donc à lui, Enkidu :

          « Tu es beau, Enkidu !

          Tu ressembles à un dieu !

     Pourquoi galoper dans la steppe

          Avec les bêtes ?        

     Laisse-moi t’emmener

          A Uruk-les-clos,

     A la sainte Demeure,

          Résidence d’Anu et d’Istar,

     Là où se trouve Gilgameš           

          A la vigueur accomplie,        

     Qui, pareil à un buffle,

          L’emporte sur les plus gaillards ! »  

     Et tandis qu’elle l’exhortait,

          Il acquiesçait à ses dires :  

     Clairvoyant,

          Il se pressentait un ami.

 

Il accepte, voulant démontrer sa supériorité sur Gilgameš

     Enkidu

          S’adressa donc à la Courtisane :        

     « Allons ! Lajoyeuse,

          Entraîne-moi,  

     A la sacro-sainte Demeure,

          Résidence d’Anu et d’Istar,

     Là où se trouve Gilgameš          

          A la vigueur accomplie,        

     Qui, pareil à un buffle,

          L’emporte sur les plus gaillards ! 

     Je me mesurerai avec lui,

          Et la lutte sera sévère !        

Et je proclamerai, en plein Uruk :

          « Le plus puissant, c’est moi ! »  

Une fois entré là-bas

          J’y changerai le cours des choses !  

Le natif de la steppe

          Sera le plus fort, le plus vigoureux ! »

 

La Courtisane cherche à le calmer, par la perspective d’une amitié avec Gilgameš

     « Viens, dit la courtisane, partons :

          Allons le trouver en personne !        

     Je te montrerai Gilgameš

          Car je sais 

          Où il est !

     Viens, Enkidu,

          A Uruk-les-clos,

     Où les gaillards,

          Sont ceinturés d’écharpes ;       

     Où chaque jour

          On fait fête ;  

     Où ne cessent

          De retentir les tambourins ;

     Où les filles de joie,

          Beautés irréprochables,        

     Lascives,

           Pleines de cris voluptueux,

     Voient les plus hauts personnages

          Quitter leur couche nocturne !  

     Toi, Enkidu,

          Qui ne savais pas vivre,

     Je te montrerai Gilgameš

          Cet homme imperturbable !        

     Tu le regarderas,

          Et tu verras, en face,  

     Comme dans la force de l’âge, il est bien fait,

          Il a de la prestance

     Il respire la séduction

          Par tout lui-même,        

     Et l’emporte sur toi

          En vigueur :

     Infatigable,

          Jour et nuit ! 

     Mets de côté ta hargne,

          Enkidu :

     Cet Gilgameš

          Samas l’a pris en affection        

     Et Anu, Enlil et Ea

          Lui ont dilaté l’intelligence.

 

Elle lui raconte deux songes que Gilgameš a faits à son sujet, et qui laissent prévoir,

de sa part, une attitude amicale.

     Avant même que, de ton désert,

          Tu sois arrivé jusqu’à lui,

     A Uruk,

          Il a rêvé de toi,

     Et, à peine sur pieds,

          S’adressant à sa mère,

          Il lui a raconté ses rêves.

 

Premier songe

     « Ma mère, voici le rêve,

          Que j’ai fait cette nuit :

     Tandis que m’entouraient

          Les Etoiles célestes

     Une façon de bloc venu du Ciel

          Est pesamment tombé près de moi.

     J’ai voulu le soulever :

          Il était trop lourd pour moi ;

     J’ai tenté de le déplacer

          Je ne le pouvais remuer !

     Devant lui se tenait

          La population d’Uruk :

     Le peuple

          S’était attroupé alentour ;

     La foule se pressait

          Devant lui ;

     Les gaillards

          S’étaient massés pour le voir :

     Et comme à un bambin,

          Ils lui baisaient les pieds ;

     Moi, je le cajolais,

          Comme une épouse.

     Puis je l’ai déposé

          A tes pieds,

     Et toi,

          Tu l’as traité à égalité avec moi ! »

 

et son interprétation

     Sage et experte

          La mère de Gilgameš, omnisciente,

          S’est adressée à son souverain -

     Sage et experte,

          Ninsuna-la-Bufflesse, omnisciente,

          S’est adressée à Gilgameš :

     « Les Etoiles célestes,

          C’est ton escorte !

     Cette façon de bloc venu du Ciel

          Qui t’est pesamment tombé auprès,

     Que tu voulais soulever,

          Trop lourd pour toi ;

     Que tu tentais de déplacer,

          Sans le pouvoir remuer ;

     Que tu as enfin déposé

          A mes pieds

     Que j’ai moi-même,

          Traité à égalité avec toi,

     Et que tu cajolais

          Comme une épouse :

     C’est qu’il va t’arriver un compagnon puissant,

          Secourable à son ami,

     Le plus fort du pays

          Le plus vigoureux,

     Aussi solide

          Qu’un bloc venu du Ciel !

     Que tu l’aies cajolé

          Comme une épouse :

     C’est que lui

          Ne t’abandonnera jamais !

     Ton rêve est excellent

          Et du meilleur augure ! »

 

Second rêve

     Une seconde fois, Gilgameš

          S’est adressé à sa mère :

     J’ai fait un autre rêve

          Ma mère :

     A Uruk-les-clos

          Avait été posée une hachette.

          Objet de l’attention générale.

     La population d’Uruk

          Se tenait devant elle ;

     Le peuple

          S’était attroupé alentour ;

     La foule

          Se pressait pour la voir.

     Et moi,

          Je l’ai déposée à tes pieds

     Et je l’aimais et la cajolais

          Comme une épouse.

     Tandis que toi,

          Tu la traitais à égalité avec moi ! »

 

Et son interprétation

     Sage et experte

          La mère de Gilgameš, omnisciente,

          S’est adressée à son fils -

     Sage et experte,

          Ninsuna-la-Bufflesse, omnisciente,

          S’est adressée à Gilgameš :

     « La hachette que tu as vue,

          Ô homme,

     Que tu aimais et cajolais

          Comme une épouse,

     Et que moi, j’ai traitée

          A égalité avec toi

     C’est qu’il va t’arriver un compagnon puissant,

          Secourable à son ami,

     Le plus fort du pays

          Le plus vigoureux,

     Aussi solide

          Qu’un bloc venu du Ciel !

 

Assentiment de Gilgameš

     Et Gilgameš, ayant ouvert la bouche,

          S’est adressé à sa mère :

     « Ah ! qu’il m’arrive

          Une chance aussi grande, 

     Un tel ami et confident

          Puissé-je l’obtenir !

     Puissé-je obtenir, moi-même          

          Un tel ami et confident !

     Voilà les rêves que Gilgameš,

          A exposés à sa mère ! »

     Et ces rêves de Gilgameš     

          Lajoyeuse les contait à Enkidu,

     Cependant qu’installés au bord de l’aiguade,

          Tous deux prolongeaient leurs caresses !

    

          (Fin de la tablette)

 

Traduit de l’akkadien par Jean Bottéro

in, « L’épopée de Gilgameš, le grand homme qui ne voulait pas mourir »

Editions Gallimard 1992

 

L’épopée de Gilgamesh

 

TABLETTE I

Celui qui a vu le fond de toutes choses et tous les pays,

Celui qui a su tout pour l’enseigner à tous,

Il fera part de son expérience au profit de chacun !

Il a possédé la sagesse, la science universelle,

Il a découvert le secret de ce qui est caché !

Celui qui porta en lui la connaissance de ce qui fut antérieur au Déluge,

Il a fait de longs voyages, il a souffert,

Et l’on a consigné sur une stèle ses épreuves.

............................................................................................................

 

Le Piège

(Le chasseur alla vers Gilgamesh et lui dit :)

« Un gaillard est venu des montagnes,

le poids de sa force pèse sur le pays.

Comme celle d’un champion d’Anu, sa vigueur est immense ;

il se pavane sur le pays sans cesse ;

sans cesse il erre, avec ses troupeaux,

sans cesse vers les points d’eau il se dirige,

j’ai peur et je n’ose approcher de lui.

Il a rempli les fosses que j’avais creusées,

il a arraché les pièges que j’avais tendus,

il a fait échapper de mes mains les troupeaux de la plaine,

il ne m’a pas laissé chasser dans la plaine ! »

 

Gilgamesh s’adressa au chasseur et lui dit :

« Va, ô chasseur, prends avec toi une prostituée du temple,

quand l’homme conduira son troupeau à l’abreuvoir,

qu’elle ôte son vêtement afin de le séduire.

Dès qu’il la verra, il s’approchera d’elle pour la posséder

et son troupeau, qui a grandi dans le désert, ne le connaîtra plus.»

 

Le chasseur se mit en route avec une prostituée du temple, une fille de joie !

Ils pressèrent le pas et accomplirent le voyage.

Le troisième jour, ils furent à l’endroit désigné.

Le chasseur et l’hiérodule s’assirent assez loin l’un de l’autre.

Un jour et encore un jour, ils furent assis au point d’eau.

Alors le bétail atteignit le point d’eau pour y boire.

 

Il arriva, le troupeau, et se rassasia d’eau.

Enkidu, lui, qui était né dans la montagne,

avec les gazelles, d’herbe il se nourrissait,

avec le bétail, il buvait aux points d’eau.

Oui, avec les troupeaux il se plaisait à boire.

Elle le vit, la fille de joie, le grand gaillard,

le fort, celui qui brise tout, l’occupant de la plaine ;

 

« Le voici, fille de joie ! Offre ton corps,

qu’il possède ta beauté.

N’aie pas honte, prends ton souffle,

ôte ton vêtement, qu’il s’étende sur toi,

et donne lui la volupté que peut donner la femme :

alors son troupeau qui a grandi dans le désert

ne le connaîtra plus

puisqu’il t’aura tenue sur sa poitrine. »

 

La fille de joie dévoila ses seins,

elle montra son corps et sa beauté fut possédée.

Sans honte, elle prit son souffle.

Elle ôta son vêtement, il s’approcha pour la prendre,

elle donna la volupté que peut donner la femme 

et il la serra contre sa poitrine.

 

Six jours et sept nuits Enkidu s’approcha de l’hiérodule

et il la posséda.

Lorsqu’il fut rassasié de plaisir

il se tourna vers son troupeau,

mais quand elle le virent, les gazelles fuirent Enkidu,

le bétail de la plaine s’écarta de lui.

Enkidu fut atterré, son corps fut comme lié,

ses genoux restèrent immobiles tandis que son troupeau fuyait.

Enkidu ne sut plus courir comme autrefois,

et il comprit le signe, son esprit s’ouvrit.

Il se rassit aux pieds de la prostituée.

Elle considère le visage d’Enkidu

et ce qu’elle dit, ses oreilles le recueillent,

elle s’adresse ainsi à Enkidu.

 

O Enkidu, ta beauté est d’un dieu.

Pourquoi vagabonder dans la plaine avec le bétail ?

Viens ! Je te conduirai dans Uruk aux Enclos,

au temple saint, demeure du dieu Anu et de la déesse Ishtar,

où Gilgamesh, accompli en force,

comme un taureau sauvage, surpasse en vigueur tous les habitants. »

 

Elle dit et son parler lui convient

car son cœur avisé cherche un ami.

............................................................

 

Traduction de Georges Conteneau

in, « L’épopée de Gilgamesh »

L’Artisan du Livre, 1939