31 mars 2022

Marcela Delpastre (1925 – 1998) : Le pays mort / Lo pais mòrt

    Le pays mort        Je parle d’un pays mort qui ne sait pas s’il vit encore. D’un pays mort dans ses ronces ; dans la rouille de ses rigoles. D’un pays qui s’oublie lui-même.      Je suis née d’un pays qui meurt tous les jours dans son âme et sa chair.      Qui meurt de ses vieux accablés de travail le nez contre la terre ;      et de ses fils fauchés dans la sève et la fleur comme l’herbe de juin ; ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 mars 2022

Nizar Quabbani (1923 – 1998) / نـزار قـبـّانـي : Au café

    Au café   Non loin de moi, elle prit un siège, s’y installa sans hâte et fut comme une rose      exposant sa nonchalance      sur la lèvre du vase.   Le papier d’une lettre apparut, humble et soumis,      dans sa main, moissonnant un reste de sa fidélité.   Ma tasse de café s’échappait, elle, sans cesse,      de ma main, dans le désir de rejoindre sa tasse.   Ô le tourment infligé par ce capuchon dont le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mars 2022

Eugène Guillevic (1907 – 1997) : Carnac (I)

  Carnac   Mer au bord du néant, Qui se mêle au néant,   Pour mieux savoir le ciel, Les plages, les rochers,   Pour mieux les recevoir. * Femme vêtue de peau Qui façonnes nos mains,   Sans la mer dans tes yeux, Sans ce goût de la mer que nous prenons en toi,   Tu n’excèderais pas Le volume des chambres. * La mer comme un néant Qui se voudrait la mer,   Qui voudrait se donner Des attributs terrestres   Et la force qu’elle a Par référence au vent. * J’ai joué sur la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 mars 2022

Lorand Gaspar (1925 – 2019) : Genèse

Lorand Gaspar à New York, 1978. © Jacqueline Gaspar   Genèse   1 A l’eau sombre qui là-bas recueille le vert ferment d’une aube sur terre – à l’eau qui va riant dans les pierres dissiper la ferveur des images – à la goutte d’eau claire dans mon œil mémoire d’une aveugle fraîcheur quand l’âme vérifie le désert –   A ce qui me dit indivis et fluide chant levé dans l’essor du chant essaim de lueurs que rien n’interrompt mots et gestes brefs tissés dans l’ouvert –   Sur la rive rêche et endolorie ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 mars 2022

Claude Vaillant (1924 – 2004) : Corbeaux dans un paysage de neige

  Corbeaux dans un paysage de neige   Les corbeaux sont les maîtres Ils cinglent le rivage étourdi de la mort d’un noir envol de larmes et de croassements.   Rivage blanc, plus blanc qu’un sentier interdit qui mène à la ferme perdue au chien féroce   Ô blanche liturgie de l’engourdissement ! Léthargie neutre de la ponctuation en caprice et saccade.   Virgules qui découpent les phrases parallèles où s’inscrit la parole errante des charrois.   in, Charles Le Quintrec « Poètes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mars 2022

Jack Kerouac (1922 – 1969) : Mexico city blues (62 – 72ème Chorus) / 52 – 72nd Chorus)

  62éme chorus Un mandat d’arrêt Est un mandat, Un ordre du tribunal Ou de la Cour Royale Ou du Roi Royal Ou de           l’Arme Royale           ou Armoiries           ou Charmes,           Boudoirs,           Histoires de Voltaire,           Arrêté... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 mars 2022

Luc de Chobeau (19 ? - ?) : Prose de l’hyperboréen (828 – 938)

  Prose de l’hyperboréen (828 – 938)   828.  Cependant j’ai voyagé moi aussi          J’ai voyagé l’Alsace          J’ai voyagé Riquewihr Sélestat Colmar aux tuiles rouges et vertes et aux                cigognes          Et Kaysersberg où l’on fait le kugelhof patrie d’Albert Schweitzer ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2022

Simonides de Kéos / Σιμωνίδης ὁ Κεῖος (556 – 467 avant J.C.) : Les morts des Thermopyles

  Les morts des Thermopyles   Ceux qui sont morts aux Thermopyles Connaissent et la gloire et le sort le plus beau, Car ils ont des autels et non pas des tombeaux, Non pas des larmes, mais des hymnes, Nos louanges au lieu de nos gémissements, Et la rouille ou le temps qui toute chose mine N’attaque pas ce monument.   L’urne où repose en paix la cendre des héros A pris à la patrie sa gloire la plus claire Ah ! j’en atteste Sparte et son roi, dont si haut Brillent à tout jamais la gloire et la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2022

Kito Takai (1741 – 1789) : Brume du soir

  Brume du soir – pensant aux choses du passé comme elles sont loin !   Traduit du japonais par Roger Munier In, « Haïkus des quatre saisons » Editions du Seuil, 2010    
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2022

Louis Guillaume (1907 -1971) : Feux couvés par la grotte

  Feux couvés par la grotte Qu’un torrent frôle. Le vent joue Sur ce clavier de flammes. Montagnes en banc de brume. Personne n’est venu Aux rendez-vous du soir. Sous la neige, une charrue Rêve de sillons brûlés. Les galets du lit bossuent Le courant. Rails Pour la fuite d’un regard. Ocelles fauves, Larmes de cire, Brandons votifs, Rongent la berge. Les fumées, les berceaux, Dérivent comme l’eau.   Agenda, Editions Subervie,1970 Du même auteur : Incertitudes (16/07/2015)  Le jour tout neuf... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :