022440

 

Le pays mort

 

     Je parle d’un pays mort qui ne sait pas s’il vit encore.

D’un pays mort dans ses ronces ; dans la rouille de ses rigoles.

D’un pays qui s’oublie lui-même.

     Je suis née d’un pays qui meurt tous les jours dans son âme et sa chair.

     Qui meurt de ses vieux accablés de travail le nez contre la terre ;

     et de ses fils fauchés dans la sève et la fleur comme l’herbe de juin ;

     ses filles qui s’en vont, le vent les emporte.

     Je suis née d’un pays étranglé dans ses fontaines où personne ne prend

l’eau, jamais curées, dans l’eau qui se perd entre l’argile et les joncs.

     D’un pays qui meurt dans sa forêt estropiée, le jeune hêtre qui saigne, et le

châtaignier mort.

     D’un pays qui meurt dans ses terres froides, dans le désordre de ses prés en

friche.

     J’ai chanté d’un pays qui a oublié son âme. Et qui ne sait plus sa langue. Et

qui ne se souvient pas de ses chemins.

.................................................................................

 

Traduit de l’occitan par Marcelle Delpastre, 

De la même autrice :

« Entre toutes choses... » / « Entre tot... » (01/04/2020)

Comme l’eau va un jour... » / « Coma l’aiga que vai, un jorn... » (01/04/2021)

 

Lo pais mòrt

 

     Parle d’un païs mòrt que ne sa pas si viu d’enguera.

D’un païs mòrt dins sas romecs ; dins la rulha de sas levadas.

D’un païs que s’oblida se-mesme.

     Sui naissut d’un païs que moris tots los jorns dins son arma e sa charn,

     que moris de sos vielhs abracats de trabalh lo nas contra la terra ;

     e de sos filhs sejats en la saba e la flor coma l’erba de junh ;

     sas filhas que s’en van, que lo vent las n’emporta.

     Sui naissut d’un païs estranglat dins sas fonts onte degun pren l’aiga, jamai

curadas, dins l’aiga que se perd en l’argiu e los juncs.

     D’un païs que moris en sa forest esmarranhada, los jòune fau que sagna, e lo

chastanh crebat.

     D’un païs que moris dins sas terras frejas, dins lo maugovern de sos prats

achampiats.

     Ai chantat d’un païs qu’a doblidat son arma. E que sap pus sa lenga. E que

se soven pas de sos chamins.

................................................................................

 

La vinha dins l’òrt,

Poème limousin avec traduction française

Escòle Jaufre Rudel, Bordeaux, 1967

Poème précédent en occitan :

Bernart de Ventadorn  : « Chanter ne peut guère valoir... » / « Chantars no pot gaire valer... » (10/02/2022)

Poème suivant en occitan :

Guillaume, duc d’Aquitaine, comte de Poitiers: « À la douceur du temps nouveau... » / « Ab la dolchor del temps novel... » (19/09/2022)