thumb_large[1]Photo de Man Ray.Négatif gélatino-argentique sur support souple, vers 1924. Centre Pompidou, Paris

 

La nuit est devant moi

et j’attends encore

Un jour et cette heure

où je pourrais  ouvrir les yeux

où je pourrais te donner

ce qui est à toi

La nuit noire plus noire que le ciel

cette nuit que je ne puis vaincre

cette nuit qui est tienne

c’est l’attente de l’aube

de ton aube

Je baisse la tête et j’attends

je ne sais plus qu’attendre

t’attendre

aube

mon aube

La nuit profonde infinie

est en moi

et tu es cette lueur immense

cet incendie

cette joie

que la nuit ne peut éteindre

 

 

Poésies complètes, 1917 – 1937

Guy Lévis Mano éditeur, 1937

Du même auteur :

Georgia (16/01/2014)

Est-ce le vent (16/01/2015)  

Westwego (16/01/2016)

« Est-ce le soleil qui se couche… » (16/01/2017)

« Sous les arbres mauves… » (16/01/2018)

« Rien que cette lumière ... »  (16/01/2019)

Rien (16/01/2020)

Message de l’île déserte (1942 -1944) (15/01/2021)