thumb_187_author_big_square[1]

 

Du jardin

 

1

Ce qui manque sans cesse aux mortels,

ce trou dans l’air entre les choses

 

où le regard s’échappe, s’assombrit

où s’attriste, voici qu’il prend soudain

 

la mesure de sa soif en entendant

prononcer à voix basse le mot jardin,

 

voici que tout s’éclaire désormais

comme si la fontaine des larmes

 

si longtemps muette avait retrouvé

sa source et coulait ronde

 

et paisible sur nos joues.

 

2

Peut-être, ami, si tu consentais

à suivre la leçon de la rivière

 

qui traduit reflet à reflet

le message du ciel, entendrais-tu

 

ce que le bruit du monde cache

à ton cœur : va, passager,

 

va, chante comme l’eau ce qui est

et ne te retourne pas, le seul

 

jardin qui vaille est en toi

ce qui reste et dure quand tout,

 

même ton ombre, a passé.

 

Une salve d’avenir

L’espoir, Anthologie poétique

Editions Gallimard, 2004

Du même auteur :

 « Si tu viens pour rester… » (30/07/2016)

Dimanche de poissons (30/07/2017)

Le poids du silence (30/07/2018)

Un peu d’or dans la boue (30/07/2019)

« La mer quand elle a fait son lit... » (05/01/2020)

Aux lisières (05/01/2021)