31 décembre 2021

Casimiro de Brito (1938 -) : Amour solaire / Amor solar

  Amour solaire   Lassé des hommes j’écarte les nuages Cherchant un arbre où je pourrais Boire en paix et en paix Edifier mon nid. Là Sur le tronc le plus silencieux de la grande maison Je ne suis citoyen d’aucun pays Ni père d’aucune famille Je suis simplement le plus humble chien Du monde existant au-delà du monde Où l’on mesure au millimètre près Le bien et le mal. Mais je ne suis plus Dans cette cour je me suis éloigné Quand j’ai perdu le sens exact du poids Et des mesures – quand quelqu’un m’a dit Et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 décembre 2021

Dylan Thomas (1914 – 1953) : Amour dans l’asile / Love in the asylum

Statue de Dylan Thomas par John Doubleday, à Swansea   Amour dans l’asile             Une étrangère est venue Partager ma chambre dans la maison folle           Une fille, oiseau dément   Verrouillant la nuit de la porte avec son bras de plumes,           Droite dans le lit-labyrinthe Elle leurre la maison à l’épreuve du ciel avec des nuages   Et elle leurre la chambre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2021

Bai Juyi / 白居易 (772 – 846) : Froid nocturne

  Froid nocturne   A minuit, froide est ma couverture, Seule, je n’ose m’en aller dormir. Le feu s’éteint dans le réchaud parfumé, Les larmes gèlent sur mon carré de soie. De toute la nuit je n’ai pas éteint ma lampe, J’aime l’ombre dont elle m’accompagne.   Traduit du chinois par Patricia Guillermaz In « La poésie chinoise des origines à la révolution » Editions Gérard et C° (Marabout Université), Verviers (Belgique), 1966 Du même auteur : Herbes sur la plaine antique (29/12/2018) ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 décembre 2021

Friedrich Gottlieb Klopstock (1724 – 1803) : Les tombes précoces / Die frühen Gräber

  Les tombes précoces   Bienvenue, ô lune d’argent    Compagne silencieuse et belle de la nuit.       Tu fuis ? Ne te presse pas, reste, amie de mes pensées !           Vois, elle reste, seule la nuée s’en allait.   Le réveil de Mai n’en est    Que plus beau encore, tout comme la nuit d’été,       Lorsque à sa boucle perle une rosée lumineuse, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 décembre 2021

Louis Brauquier (1900 – 1976) : « Je voudrai être une pierre... »

  A Claude Rivière   Je voudrai être une pierre D’un chemin abandonné Une pierre bien usée Par d’anciens passages d’hommes, De chars alourdis de gerbes Et de troupeaux inclinés.   Je voudrai être une pierre Au sommet d’une colline, Une pierre ronde et bleue Au milieu des chênes nains/ Le vent pousserait sur moi Les aiguilles des pins calmes, L’odeur de la mer prochaine Et sèche du romarin.   L’hiver, les pluies amicales Me laveraient doucement Et dans le chaud de l’été Un lézard furtif... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 décembre 2021

Gastão Cruz (1941 -) : Dans la lumière de l’été / Na luz do verão

  Dans la lumière de l’été   Sonne, clairon, sonne encore Il ne t’entend pas celui qui est perdu dans l’océan au milieu   des coraux Chaque vague soulève son dos très haut Ta voix ne s’entend même plus à présent   dans le chuintement de l’écume La lumière qui te porte est mortelle   Traduit du portugais par Michelle Giudicelli in, Gastão Cruz : « Les pierres noires » L’Escampette éditeur, 1999     Na luz do verão Clarim toca de novo Não te ouve Quem está no... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 décembre 2021

Claude Pujade-Renaud (1932 -) : « Juste devant moi... »

  Juste devant moi impérieux l’oiseau strie l’espace   Capte mon regard l’emporte au loin vers l’autre rive   Ne me le rends pas   Instants, incertitudes Le Cherche-midi éditeur, 2003
Posté par bernard22 à 00:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 décembre 2021

Pavie Zygas (1949 -) : parler toute seule

  Parler toute seule   EPITOME   Ce que tu éveilles de saisons mortes, moineau qui picore de ci de là n’a rien à faire de lui-même parfois je le regrette   rire tout seul pensées fluctuantes il nous faudra mourir   vivre on peut nommer cela un arc cruel formes ténues passant sans cesse d’un désir à l’autre sans motif sans fruit       Brûlera-t-elle encore l’arrogante lune d’été ?   lune d’hiver brasier pâle kaki rouge sur la neige   me poursuit... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 décembre 2021

Julio José Casal (1889 – 1954) : Abeja / Abeille

    Abeja Abeille   Despuès de haber libado – Après les libations entre les fleurs – entre las flores la brisa asciende al colmenar del cielo la brise monte aux ruches du ciel   Traduit de l’espagnol par ? In, revue « Manomètre, N°5, février 1924 » Lyon (France) Poème précédent en espagnol : Federico Garcia Lorca : La ballade de l’eau de mer / La balada del agua del mar (19/12/2021)  
Posté par bernard22 à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 décembre 2021

André de Richaud (1909 – 1968) : Monologue

  Monologue   Les ruisseaux de la mort ont couru sur mes rives les pierres du soleil ont écrasé mes plaies les lames du sommeil ont fouillé le feuillage de ma tempe et moi je vais tout nu dans le ciel dépeuplé. Les douleurs de ma figure et tout l’espoir qui ronge mon cerveau les poètes de mes yeux ont chanté jusqu’à l’aube et mes poignets sanglants écrivent dans l’ombre une grande épopée de SANG. Voici le songe pris aux ronces Voici l’effort de mes genoux Voici le doux problème des nuages et la voix des poètes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :