26 novembre 2021

Jean Mambrino (1923 – 2012) : Clairière (49 – 55)

  Clairière 49   Un sentier de jacinthes soudain bascule parmi les branches (ou n’est-ce que la faille du souvenir) er ramène le pèlerin au juin de sa jeunesse   ces matins où toutes les couleurs tintaient dan l’or léger l’air qui coulait sur ses membres avait le goût de l’or dans les sapins   là-bas autour de l’horizon        la guerre couronnait de mort sa jeunesse   toute la forêt fumante de parfums les voix les doigts des jeunes filles le sang doré... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 novembre 2021

Claude Albarède (1937 -) : cours fermées

  cours fermées   Jusqu’au bois mort est piétinée la neige : les enfants portent dans les bras de petits squelettes d’oiseaux. Ils jouent avec l’arbre albinos. Ils saignent les pupilles du houx entre leurs doigts.       Le pays se révèle à chaque pas. Sèche ou humide son empreinte regarde par le fond celui qui marche. Ses pierres sont jetées au puits pour qu’un secret reste possible. Les vieux mulets reviennent boire. Ils veulent mordre à ce reflet qui fait durer la source entre les lèvres.... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2021

Yehuda Amichaï (1924 – 2000) / יהודה עמיחי : Les mots sont des marches.

Yehuda Amichaï vu par Morag Kligvasser   Les mots sont des marches        Quand le gravier cessera de crisser sur les chemins      j’oublierai jusqu’au rappel de ma peine :      les mains tendues ver le cœur d’étonnement,      jardin étendu jusqu’aux limites de la nuit      une bouche faite pour louer      embrasse une bouche faite pour la douce complainte.   « Viens dans la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2021

Odyssèas Elytis / Οδυσσέας Ελύτης (1911 – 1996) : l’icône / Το εικόνισμα

  L’Icône   Rochers en adoration les vagues Marchent dans les ténèbres. Asphodèles et narcisses Qui poussent dans les rêveries des morts Accompagnent nuages et sommeils   J’avance à l’instinct ne sachant quel jour   Cela sent la noblesse d’un vieux bois Ou d’un animal humilié. Bien sûr C’est par ici que j’ai dû exister ; si vite Que le jour pointe et je vous retrouve Tourments sacrés maisons à l’abandon ocre entre les citronniers Arches, voûtes où j’allais eaux courantes Où s’est posé le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2021

Giovambattista Marino (1569 - 1625) : « Silence, ô Faunes... » / « Silenzio, o fauni... »

  Silence, ô Faunes, Taisez-vous, Nymphes ; Ne frappez pas Le sol du pied Ni de vos cris Le ciel non plus ; Que de vos gongs Le bruit d’airain Ne trouble point Dorénavant Le grand sommeil De la Déesse !   Apaise-toi Ô mer, et vous, Ô vents, tombez ; Que nul n’éveille Vénus la belle Qui se repose ! Qui que tu sois, Dors, allons, dors ! Puisque je veux Qu’un doux oubli Se coule en toi Grâce à mes pleurs Qui pleurent tout bas. Silence, ô Faunes, Taisez-vous,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2021

Miguel D’ors (1946 -) : Ville en moi / (Saint-Jacques) / Ciudad en mí (Santiago)

  Ville en moi (Saint-Jacques) Ville étrange, belle et laide à la fois. ROSALIA DE CASTRO, En las orillas del Sar, « Santa Escolastica », III, 1.     Je n’ai pas choisi : j’ai ouvert les yeux et la pluie était la pluie, nuit et pierre, et rien que l’humide reflet d’une lanterne de gemme ; je n’y peux rien si mes rêves ont été peuplés de coups de cloche gris, de mousse, de parapluies liturgiques, de ces nuages de pierre ; et je n’y peux rien si cette mélancolie a été ma patrie de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 novembre 2021

Kamal Ibrahim (1942 - 2021) : Sang déplié

  Sang déplié   La mort est blonde comme un canapé de filles       Les rêves me poussent dans les mains Lorsque j’administre les montagnes Comme les risques de septembre qui ne dorment que tout bas Les fleurs me cassent et les cris me réparent Je mords un bruit qui frise les chardons       Un homme de sang Qui sèche au pied des feuilles Une femme en joli crâne d’hiver Un souvenir comme une cicatrice Ma mère et moi       Commettre un soleil pour extraire la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 novembre 2021

Richard Rognet (1942 -) : « N’allez pas croire... »

  N’allez pas croire que sous la terre, le temps se livre au premier venu,   il faut arracher au mystère les étincelles du silence,   rompre avec son visage, s’éparpiller, s’accrocher aux feuilles, aux brindilles   que le printemps réveille et traverse, il faut suspendre   à ses paupières les ultimes paroles de morts.   Le vent te cueille, il saisit tes poumons, il rappelle à lui, sous les mots, toutes les confidences que tu fis à ceux   qui t’oublièrent et que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2021

Jean Lemaire de Belges (1473 – 1525) : « Trop et grief faix que de vieux devenir... »

  Trop et grief* faix** que de vieux devenir        * pénible   ** fardeau D’avoir passé le joli temps d’été, Le riche automne où n’a nul revenir.   Plus ne saurez ainsi qu’aurez été, Dont* pleurerez, et moult** vous pèsera             * d’où   ** beaucoup Voir votre cours par vieillesse arrêté.   Chacun de vous alors s’accusera De ses beaux jours perdus et oubliés, Et ses genoux de pleur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2021

Joyce Mansour (1928 – 1986) : Pour les 50 ans de Balthazar

  Pour les 50 ans de Balthazar   Ne jamais dire son rêve A celui qui ne vous aime pas L’oreille hostile est tarie La bouche amère calomnie La haine vomit le sable du sablier Plus vite toujours plus vite La nuit trahie avorte Une passion au présent déjà passée Et la peur ne fait qu’augmenter La rage du caïman La taille du cancer Enfouissez vos rêves dans les poches sous vos yeux Ils seront à l’abri de l’envie Ils seront à l’abri de l’adage Qui veut que l’africain babille Et que tous les vieux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :