gascoyne[1]

 

Amor Fati

 

Ennemi bien-aimé, toi qui prépares ma mort,

Quand il ne restera plus aucun vêtement

Pour amoindrir l’entrechoquement de nos membres

Quand il y a sécheresse mutuelle dans nos haleines rapides

Et nos langues jumelées se débattent pour le bord

Du torrent gonflé - une marée douloureuse

Qui nous aspire vers le dedans - quand le désir,

La soif du sang vient d’atteindre le comble de son feu blanc

Et la convulsion arrive dans des bouffées de vitesse progressive

La parole est fatale. Ne trouble pas

Ce vide hors de la bouche duquel notre silence parle

De sa rage triste et sans parole à l’étoile seule

Dont l’étincellement cicatrise

Le ciel lourd dessous lequel nous sommes couchés

En train de nous endommager O incurablement !

 

Traduit de l’anglais par l’auteur

In, Revue « Temporel, N°2, 22 Septembre 2006

Revue en ligne publiée par l’Atelier GuyAnne, 77144 Chalifert

Du même auteur :

La Cage / The Cage (03/11/2020)

Une demi-heure / Half-an-hour (03/11/2022)

 

Amor Fati

 

Beloved enemy, preparer of my death,

When there’s no longer any garment left

To lessen the clenched impact of our limbs,

When there is mutual drought in our swift breath

And twin tongues struggle for the brim

Of swollen flood - an aching undertow

Sucking us inward - when the blood’s

Lust has attained its whitest glow

And the convulsion comes in quickening gusts,

Speaking is fatal : Do not break

That vacuum out of which our silence speaks

Of its sad speechless fury to the star

Whose glitter scars

The heavy heaven under which we lie

And injure one another O incurably ! 

 

Selected Poems.

Enitharmon Edition (London), 1994

Poème précédent en anglais :

Allen Ginsberg : L’automobile verte / The green automobile (25/10/2021)

Poème suivant en anglais :

Louise Glück : Parabole / Parable (06/12/2021)