neruda_chili[1]

 

Sévérité

 

Je vous condamne à chier le soir et le matin

lisant de vieux journaux et des romans amers

je vous condamne à chier repentir et mélancolie

et douceâtres après-midi jaunissants.

 

Je vous condamne à chier en corset et chemise

dans vos maisons à bicyclettes et canaris,

avec vos paires de fesses chaudes et bleues

et vos lamentables cœurs à échéance.

 

D’un monde naufragé sortent des faits sinistres :

fantômes mécaniques et chiens sans museau,

ambassadeurs gras comme des roses,

débits de tabacs noirs et cinémas avariés.

 

Moi je vous condamne à la nuit des dortoirs

à peine troublée de lavements et de songes,

de songes comme des eucalyptus à feuilles par milliers

et des racines trempées d’urines et d’écume.

 

Que je ne touche pas vos eaux sédentaires

ni vos réclamations intestinales, ni vos religions,

ni vos photographies suspendues avant l’heure :

parce que j’ai des flammes dans les doigts,

et des larmes d’infortune dans le cœur,

et des pavots mourants nidifient dans ma bouche

comme d’infranchissables dépôts de sang.

 

Et je tiens en horreur vos grands-mères et vos mouches,

je hais vos déjeuners et vos rêveries

et vos poètes qui chantent « la douce épouse »

et « les félicités du hameau » :

en vérité vous méritez vos poètes et vos pianos

et vos désagréables emmêlements à quatre jambes.

 

Laissez-moi seul avec mon sang pur,

avec mes doigts et mon âme,

et mes sanglots seuls, sombres comme des tunnels.

Laissez-moi le royaume des longues vagues.

Laissez-moi un vaisseau vert et un miroir.

 

Traduit de l’espagnol par Victor Martinez

In, Revue « Moriturus, N° 5, Août 2005 »

Editions fissile, 09310 Les Cabannes

Du même auteur :

Dernières volontés / Disposiciones (02/11/2014)

Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée / Veinte poemas de amor y una canción desesperada  (02/11/2015)

Testament d’Automne (02/11/2016)

Hauteurs de Macchu-Picchu / Alturas de Macchu-Picchu (02/11/2017)

« Que ne t’atteigne pas l’air... » / « No te toque la noche... » (02/11/2018)

Le paresseux / El perozoso (02/11/2019)

La Ma Nounou / La Mamadre (02/11/2020)

 

Severidad

 

Os condeno a cagar de mañana y de noche

leyendo periódicos atrasados y novelas amargas,

os condeno a cagar arrepentimiento y melancolia

y suaves atardeceres amarillos.



Os condeno a cagar en corset y en camisa

en vuestras casas llenas de bicicletas y canarios,

con vuestras posaderas azules y calientes

y vuestros lamentables corazones a plazo.



De un mundo hundido salen cosas siniestras:

aparatos mecánicos y perros sin hocico,

embajadores gordos como rosas,

cigarrerías negras y cisnes averiados.



Yo os condeno a la noche de los dormitorios

interrumpido apenas por irrigadores y por sueños,

sueños como eucaliptos de mil hojas

y raíces mojadas en orines y espuma.



No me dejeís tocar vuestras aguas sedentarias

ni vuestras reclamaciones intestinales, ni vuestras religiones,

ni vuestras fotografías prematuramente colgadas:

porque yo tengo llamas en los dedos,

y lágrimas de desventura en el corazón

 y amapolas moribundas anidan en mi boca

como depósitos de sangre infranqueable.



Y odio vuestras abuelas y vuestras moscas,

odio vuestros poetas que escriben sobre "la dulce esposa",

y "las felicidades de la aldea":

en verdad merecéis vuestros poetas y vuestros pianos

y vuestros desagradables enredos a cuatro piernas.



Dejadme solo con mi sangre pura,

con mis dedos y mi alma,

y mis sollozos solos, oscuros como túneles.

Dejadme el reino de las largas olas.

Dejadme un buque y un espejo.

 

Paloma por dentro

1934

Texte précédent en espagnol :

Monica Mansour :  je dis que le monde... » / « yo digo que el mundo... » (07/10/2021)

Texte suivant en espagnol :

Blas de Otero : Fidélité : Fidelidad (02/11/2021)