193425871-51b08e9c-49f9-486a-a5f8-25deb7ede2f1[1]Biagio Marin (LaPresse)

 

Ô laisse-moi chanter

je suis seulement une cigale

et pendant tout l’été

je ne chante que de l’aile.

 

Un cri monotone

qui grisaille le ciel bleu,

mais c’est mon souvenir

qui se lève pour toi.

 

Ne m’enlève pas ce cri

d’amour qui te blesse

comme les étoiles fixes

la nuit forment un fleuve.

 

Jusqu’au tout dernier souffle

ce cri énamouré

laisse ouvrir le ciel

d’une lame de couteau.

 

Ce n’est que mon baiser

sur ta bouche d’or ;

jusqu’à ce que je meure

Dieu, accepte ce baiser !

 

Traduit de l’italien par Sophie Basch

In, « La Nouvelle Revue Française, Juillet-Août 1993, N° 486-487 »

Editions Gallimard, 1993

 

Oh, lasciami cantare,

son solo una cicala,

e per tutta l’estate

canto solo con l’ala.

 

Un monotono grido

che ingrigia il cielo blu,

ma è il ricodi mio

che si leva per te.

 

Non togliermi queste grido

d’amore che ti ferisce

como le stelle fisse

che a notte fanno un fiume.

 

Fino all’ultimo fiato

questo grido d’innamorato

lascialo aprire il cielo

con il taglio di un coltello.

 

E solo il bacio mio

sulla tua bocca d’oro ;

fin che non muoio

questo bacio accetta, o Dio.

 

Traduit du vénitien en italien par Edda Serra

In, « Biagio Marin : poésie »

Garzanti editore, Milano (Italie), 1992

 

Oh ! lasseme cantâ,

son solo una sigala,

e per duta l’istà

canto solo co’ l’ala.

 

Un monotono crio

che ingrisa ’l sielo blu,

ma x’el recordo mio

che se leva per tu.

 

No’ stâ tôme ’sto sigo

d’amor che te ferisse

como le stele fisse

cha a note fa un rivo.

 

Fin a l’ultimo fiào

’sto crio d’inamorào

lasselo verze el sielo

co’ ’l tagio d’un cortelo.

 

Xe solo ’l baso mio

su la to boca d’oro ;

fin che me moro

’sto baso asseta, Dio !

 

Texte original en vénitien

Du même auteur :

 « T’ai ôté chaque feuille... » / « T’hè levào ogni fogia ... » (31/10/2019)

« Mistral d’été... » / « Maistral d’istàe... » (31/10/2020)