38-161123110Z9[1]

 

spectre en Ville

 

                                                             o heure

                                                             le spectre

                                             marche avec grande précaution

                                             il craint s’il ne faisait la culbute

                                                             de devenir

                                                             un humain

 

 

(lundi)

les spectres sont de bonnes personnes

ils dorment                                   réveillés

lisent les annonces                       nagent

au bord de l’eau si haut debout

sous terre nagent provoquant un plan d’or

vrillent poisson   culbutent          soufflent dans des bouteilles

                                                                 d’alcool qui ont pleuré

ils aiment voir ce qui est au-dessus

d’une poignée attrapent le jaune d’or

                                                         des feuilles

 

les spectres parfois lisent aussi : « finalement ils se

                                                                    connaissaient déjà »

puis posent la main sous le document

« ce vieux rosier au bord de l’eau »

à l’unisson                      ils crachent un gros nuage de brume    

au crépuscule quelqu’un dit 

« il faut rentrer »

 

eux le long du chemin aux réverbères ombres vagues

les spectres ne disent mot              le long du chemin prennent

                                                                                               l’air       

et de s’en souiller         mangent de l’herbe            leurs visages

                                                                                       verdissent   

une bourrasque souffle à en faire rouler le brouillard 

 

(mardi)

le spectre ferme les yeux  

voit l’homme                   les ouvre

ne le voit plus

 

un cerf-volant rieur

en rêve parfois le regarde

longeant maintenant la rampe de la terrasse

il fait une chute  le spectre descend prudemment

le couloir est plein des hi hi ha ha des

                                                          cerfs-volants

 

« l’autre la moitié               toi la moitié aussi »

il ouvre un vêtement

regarde à l’intérieur             personne       en ouvre un autre

il y a une jupe courte bleue

« le      ton      l a          chambre      malades s’immerge »

        tri      de      cinquième        des

              il est surpris

il aperçoit un grand poisson rouge qui le regarde de face

 

le poisson malade                    sur la pancarte écrit

le poisson frappe lentement de côté sa paume fébrile

...............................................................................................

 

Traduit du chinois par Yann Varc’h  Thorel et Liu Yun

in, Gu Cheng : « spectre en Ville, suivi de  Ville »

Editions Ls Hauts-Fonds, 29200 Brest  

 Du même auteur :

Le proche et le lointain (28/10/2014)

Fantaisie de la vie (28/10/2015)

Je suis un enfant capricieux et fantasque (28/10/2016)

La terre est courbe (28/10/2017)

Une génération (28//10/2018)

« Peut-être suis-je aveugle ... » (28/10/2019)

Adieu (28/10/2020)

s