Raimbaut_de_Vaqueiras_-_BN_MS_fr_12473[1]Raimbaut de Vaqueyras.Bibliothèque nationale.MS. fr. 12473

 

Fête de Mai

Fête de mai

ni feuille de hêtre

ni chant d’oiseau

ni fleur de glaïeul

rien ne me plaît

noble dame gaie

si un rapide

messager ne vient

de votre beau

corps  et me parle

d’un plaisir nouveau

qu’amour m’accorde

et d’une joie

et je m’en vais

vers vous

dame vraie

meure

d’une plaie

le jaloux

avant que je vous quitte

 

Ma belle amie

que Dieu fasse

que jamais le jaloux

ne rie de ma douleur

il vendrait cher

sa jalousie

s’il pouvait deux

amants séparer

alors moi joyeux

je ne saurais plus être

nulle joie sans vous

ne serait plus mienne sur ce chemin

et je m’en irais

où nul jamais

ne me verrait plus

le jour même

je mourrais

dame

noble où je vous perdrais

 

Mais

comment pourrais-je perdre

comment pourrait m’être rendue

une dame si jamais

je ne l’ai eue ?

on n’est amant aimante

en pensée seulement

mais quand l’amoureux

en amant est changé

l’honneur est grand

qui lui est fait

un regard favorable

donne tant de gloire

pourtant nue

tenue

je ne vous ai

ni autrement

vaincue

désirée

crue

je vous ai

sans récompense

 

je n’aurai nulle joie

si je partais

Beau cavalier

loin de vous douloureux

ailleurs ne se tourne

mon cœur ne me tire

mon désir

rien d’autre ne désire

aux médisants

je sais ce qui plairait

dame autrement

ils ne peuvent guérir

que quelqu’un voie

et ressente

mon malheur

et accueilli de vous

vous contemple

méditant

son désir

ce dont mon cœur soupire

 

Très noble commence

surpasse toutes

dame Beatritz

en grandissant

votre valeur

pour moi je crois

ornée de prix

votre puissance

de belles paroles

sans fausseté

de belles actions

vous êtes semence

sagesse

indulgence

avez

et jugement

votre valeur

indiscutable

vous revêtez

de bienveillance

 

Dame gracieuse

tous louent et clament

votre valeur

donne plaisir

qui vous oublie

méprise sa vie

moi j’idolâtre

dame si parfaite

pour la plus noble

je vous ai choisie

la meilleure

au mérite accomplie

je vous ai courtisée

je vous ai servie

mieux

qu’Erec ne fit Enide

bâtie

finie

est seigneur Engles

mon Estampie

 

Adapté de l’occitan par jacques Roubaud

in, « Les Troubadours. Anthologie bilingue »

Seghers éditeur, 1980

Du même auteur :

« Hautes vagues qui venez sur la mer... » (24/10/2019)

« Ne me plaisent hiver ni printemps... » / « No m'agrad' iverns ni pascors... » (24/10/2020)

 

Kalenda Maia

 

 

Kalenda maia

Ni fueills de faia

Ni chans d'auzell ni flors de glaia

Non es qe.m plaia,

Pros dona gaia,

Tro q'un isnell messagier aia

Del vostre bell cors, qi.m retraia

Plazer novell q'amors m'atraia

E jaia,

E.m traia

Vas vos, donna veraia,

E chaia

De plaia

 .l gelos, anz qe.m n'estraia.

 

Ma bell' amia,

Per Dieu non sia

Qe ja.l gelos de mon dan ria,

Qe car vendria

Sa gelozia,

Si aitals dos amantz partia;

Q'ieu ja joios mais non seria,

Ni jois ses vos pro no.m tenria;

Tal via

Faria

Q'oms ja mais no.m veiria;

Cell dia

Morria,

Donna pros, q'ie.us perdria.

 

Con er perduda

Ni m'er renduda

Donna, s'enanz non l'ai aguda

Qe drutz ni druda

Non es per cuda;

Mas qant amantz en drut si muda,

L'onors es granz qe.l n'es creguda,

E.l bels semblanz fai far tal bruda;

Qe nuda

Tenguda

No.us ai, ni d'als vencuda;

Volguda,

Cresuda

Vos ai, ses autr'ajuda.

 

Tart m'esjauzira,

Pos ja.m partira,

Bells Cavalhiers, de vos ab ira,

Q'ailhors no.s vira

Mos cors, ni.m tira

Mos deziriers, q'als non dezira;

Q'a lauzengiers sai q'abellira,

Donna, q'estiers non lur garira:

Tals vira,

Sentira

Mos danz, qi.lls vos grazira,

Qe.us mira,

Cossira

Cuidanz, don cors sospira.

 

Tant gent comensa,

Part totas gensa,

Na Beatritz, e pren creissensa

Vostra valensa;

Per ma credensa,

De pretz garnitz vostra tenensa

E de bels ditz, senes failhensa;

De faitz grazitz tenetz semensa;

Siensa,

Sufrensa

Avetz e coneissensa;

Valensa

Ses tensa

Vistetz ab benvolensa.

 

Donna grazida,

Qecs lauz' e crida

Vostra valor q'es abellida,

E qi.us oblida,

Pauc li val vida,

Per q'ie.us azor, donn' eissernida;

Qar per gencor vos ai chauzida

E per meilhor, de prez complida,

Blandida,

Servida

Genses q'Erecs Enida.

Bastida,

Finida,

 N'Engles, ai l'estampida.

Poème précédent en occitan :

 Jaufre Rudel : « Quand le ru de la fontaine... » / « Quan lo rius de la fontana... » (22/10/2021)  

Poème suivant en occitan :

Bertand de Born : « Si tous les deuils et les pleurs... / « Si tuit li doil e·il plor... » (16/11/2021)