perros_2_article[1]Autoportrait à l’encre non daté © Collection Georges Perros

 

L’âme

 

Instable tant soit peu qu’il y ait eau courante

Non de rivière où truite égare son émoi

Mais de terre liquide où l’homme se lamente

De n’être, dans l’écume insolite, que soi.

 

Invisible au cœur dur qui régit la tourmente

Non de force, mais d’ire instituant la loi

Tu flattes en sourdine une impossible attente

L’homme file un comment aux tresses du pourquoi.

 

Suspecte, rien n’en sort qu’une brume défunte

Avant même qu’y passe un spacieux appel

Vol d’oiseau noir d’aurore, imperceptible plainte.

 

Nul secours, d’homme ici, d’ange tartuffe au ciel

Nul sinon celui simple d’une main sur l’épaule

Sur la nuque un regard qu’aucun démon ne frôle.

 

Poèmes bleus,

Editions Gallimard, 1962

Du même auteur :

 « On meurt de rire… » (10/08/2014)

« Foutez-moi tout çà dans la mer… » (10/08/2015)

 « Mon coeur bredouille… » (16/10/2016)

 « Il y a un bruit près de chez moi… » (16/10/2017)

« Il n’y a rien... » (16/10/2018)

« Ces envies de vivre ... » (16/10/2019)

« Mon fils mon petit Frédéric... » (16/10/2020)