9782757858431-475x500-1[1]

 

La baie vitrée

 

Le soir fumeux d’été

Depuis la haute baie vitrée verse clartés dans l’ombre

Et me laisse dans le cœur une brûlure scellée.

Mais qui a (sur la terrasse sur le fleuve s’allume une lampe) qui a

A la Madonine du Pont qui c’est qui c’est qui a allumé la lampe ?  y’a

Dans la chambre une plaie rouge languissante.

Les étoiles sont boutons de nacre et le soir se vêt de velours :

Et tremble le soir fat : il est fat le soir et il tremble mais y’a

Dans le cœur du soir y’a,

Toujours une plaie rouge languissante.

 

Traduit de l’italien par Irène Gayraud et Christophe Mileschi

In, Dino Campana : « Chants orphiques et autres poèmes »,

édition bilingue.

Editions Points, 2016

Du même auteur :

Gênes / Genova (20/08/2017)

La Chimère / La Chimera (20/08/2018) 

Poésie facile / Poesia facile (20/08/2019)

Jardin automnal (Florence) / Giardino autunnale (Firenze) (20/02/2020)

Bâtiment en voyage / Bastimento in viaggio (20/08/2020)

L’espérance (sur le torrent nocturne) /La speranza (sul torrente notturno) (01/02/2021)

 

L’invetriata

 

La sera fumosa d’estate

Dall’alta invetriata mesce chiarori nell’ombra

E mi lascia nel cuore un suggello ardente.

Ma chi ha (sul terrazzo sul fiume si accende una lampada) chi a

A la Madonna del Ponte chi è chi è che ha acceso la lampada ? – c’è

Nella stanza una piaga rossa languente.

Le stelle sono bottoni di madreperla e la sera si veste di velluto :

E tremola la sera fatua : è fatua la sera e tremola ma c’è

Nel cuore della sera c’è,

Sempre una piaga rossa languente.

Poème précédent en italien :

Eugenio Montale : Le penser du prisonnier / Il sogno del prigionero (14/08/2021)

Poème suivant en italien :

Alfonso Gatto : Pour les martyrs de la Place Loreto / Per i martiri di Piazzale Loreto (27/08/2021)