abuafash[1]

 

Bonjour

 

A Dieu ne plaise

je ne veux pas te dire adieu

parce que cela veut dire que toute chose a pris fin

les oiseaux

la musique

et les petites promenades du soir dans les quartiers voisins

la soupe chaude sur une petite table

les querelles passagères qui forcément surviendront

la joie des premiers mots de l’enfant

 

toi

les amis que nous visiterons

les cadeaux qu’on nous a promis

ils viendront fatalement

la pluie

les herbes

les livres

toutes les choses

toutes les choses.

A Dieu ne plaise

je ne veux pas te dire adieu

Je sourirai... seulement, et te dirai :

bonjour.

 

Damas, 1975

 

Traduit de l’arabe par Saleh Diab

in, « Poésie syrienne contemporaine. Edition bilingue »

Le Castor Astral éditeur, 2018

Du même auteur :

La porte de l’étable (10/08/2018)

Rendez-vous (10/08/2019)

Le prisonnier (10/08/2020)