img_0155-e1412849308615[1]

 

Jamais plus je n’aurai de joie

Et rien n’allégera ma peine,

     A la rive sont les bateaux,

Ils vont bientôt hisser les voiles.

     S’en va le plus gentil

En terre d’outre-mer

     Et moi, infortunée,

Que vais-je devenir ?

 

     Il s’en va en lointain pays

Sans m’en avoir donné nouvelle ;

     Il m’abandonne par traîtrise

Et si nombreux sont les soupirs

     Qui me font grande guerre

La nuit comme le jour

     Que ne sais où je suis,

Au ciel ou sur la terre.

 

     Sanctus, sanctus, sanctus Deus

Qui vins ici-bas dans la Vierge,

     Garde et protège mon ami

Puisque tu me l’as enlevé.

     Puissance souveraine,

Ô toi que tous révèrent,

     Que mon beau doux ami

Demeure sous ta garde.

 

     La croix, qui sauve toutes gens,

Sera la cause de ma perte,

     La croix a fait mon désespoir,

Et prier ne me sert de rien.

     Sainte croix pèlerine,

Pourquoi m’as-tu brisée ?

     Hélas ! infortunée,

Je brûle et me consume.

 

     L’empereur fait régner la paix

Sur tous les peuples de la terre,

     Mais à moi seule il fait la guerre

Puisqu’il m’a ôté mon ami.

     Puissance souveraine,

Ô toi que tous révèrent,

     Que mon beau doux ami

Demeure sous ta garde !

 

     Le jour où il a pris la croix,

Jamais je n’aurai pu le croire

     De celui qui si fort m’aimait

Et que j’aimais de tant d’amour

     Que pour lui fus battue,

Et jeté au cachot,

     Et retenue cloîtrée

Le restant de mes jours !

 

     Les bateaux ont hissé leurs voiles ;

« Que Dieu veille sur leur voyage

     Et qu’il protège mon ami

Et tous ceux qui vont avec lui.

     Sire Dieu créateur,

Mène-les à bon port,

     « Car ils ont les soldats

De la très sainte croix.

 

     C’est pourquoi je te prie, Renaud,

Toi qui connais toute ma peine,

     D’écrire sur elle un poème

Et de l’envoyer en Syrie.

     Je n’ai plus de repos

Ni la nuit ni le jour :

     En terre d’outre-mer

Ma vie s’en est allée !

 

Traduit de l’italien par Claude Perrus

In, "Anthologie bilingue de la poésie italienne"

Editions Gallimard (La Pléiade), 1994

 

 

     Già mai non mi conforto

nè mi voglio ralegrare.

     Le navi son giute a porto

e [or] vogliono col[l]are.

     Vassene lo più gente


in terra d’oltramare

     ed io, lassa dolente,

como degio fare ?

 

 

 

     Vassene in altra contrata

e no lo mi manda a diri

     ed io rimagno ingannata:

tanti sono li sospiri,

     che mi fanno gran guerra

la notte co la dia,

     nè ’n celo ned in terra

non mi par ch’io sia.

 

     Santus, santus, [santus] Deo,

che ’n la Vergine venisti,

     salva e guarda l’amor meo,

poi da me lo dipartisti.

 

     Oit alta potestade

 

temuta e dot[t]ata,

     la mia dolze amistade

ti sia acomandata!

 

     La croce salva la gente

e me face disviare,

     la croce mi fa dolente

e non mi val Dio pregare.

     Oi croce pellegrina,

perchè m’ài sì distrutta?

     Oimè, lassa tapina,

chi ardo e ’ncendo tut[t]a!

 

     Lo ’mperadore con pace

tut[t]o l[o] mondo mantene

      ed a me[ve] guerra face,

chè m’à tolta la mia spene.

     Oit alta potestate

temuta e dottata

     la mia dolze amistate

vi sia acomandata!

 

     Quando la croce pigliao,

certo no lo mi pensai,

     quelli che tanto m’amao

ed illu tanto amai,

     chi [eo] ne fui bat[t]uta

e messa en pregionia
     

     e in celata tenuta

per la vita mia!

 

     Le navi sono collate

in bonor possano andare

     con elle la mia amistate

e la gente che v’à andare!

     [Oi] padre criatore,

a porto le conduci.

     chè vanno a servidore

de la santa Cruci.

 

     Però ti prego, Duccetto,

[tu] che sai la pena mia,

     che me ne faci un sonetto

e mandilo in Soria.

     Ch’io non posso abentare

[la] notte nè [la] dia:

     in terra d’oltremare

sta la vita mia !

 

 

In, « Le Rime della scuola siciliana, T.I »

Olschki Editore, Firenze, 1962 – 1964

Poème précédent en italien :

Giuseppe Ungaretti : San Martino Del Carso (13/05/2021)