unnamed-1[1]

 

La fin à l’horizon

 

Au seuil de l’indicible

qu’a donc été ta vie ?

 

Dans le soleil couchant

un haut nuage en feu

porté par le vent froid,

 

qui lentement s’éteint

en plongeant dans la nuit.

19 juillet 2008

Du même auteur :

L’eau des sombres abysses (03/04/2015)

La clef de l’origine (03/04/2016)

 Soleils… » (03/04/2017)

« Entre la terre obscure… » (03/04/2018)

« Depuis l’origine... » (27/04/2019)

Passant près d’un banc vide / Ich geh àm e läre bänkel verbéi (27/04/2020)

 

 

Bâll schpeetsummer

 

Unsrem liéwe

Adrien Finck fer émmer

züem gedächtniss

 

S’ôweliécht ém laubwàld

schléngelt sich noch zàrt

durich d’rootbrüne bledder,

bis züem schnelle nàchtfàll :

éwer àlles furtläwe, wie e hüch,

schlicht dànn au

endli schun d’rüehj, àss wie wenn jetz dort

dät schüfle d’r schtélle böymeischder vum dood.

 

(20 Jüli 2008,

ém Chevreuser-dààl)

 

Revue « Temporel, N°6, 28 Septembre 2008

Revue en ligne publiée par l’Atelier GuyAnne, 77144 Chalifert