andré-velter-1low[1]Photographie de Renaud Monfourny

 

Vieux chaman

 

Il y aurait à naître,

à naître avec les mots,

trouver l’autre corps de ce corps

et du souffle dans les os.

Il y aurait à n’être

qu’un battement d’aile

entre le cœur et les nerfs

pour se mettre en bouche

le chant de l’écorché.

Il y aurait à être

cette reprise du silence troué

quand le vertige vide l’écho

de ses propres murmures :

forceps, totem, sexe, plaie ouverte...

 

Qui est sorti à force ?

Qui lève ses interdits ?

Qui marque le désir ?

Qui finit par vivre

dans l’ombre de son cri ?

 

C’est la terre sous la peau

et il vient dans le sang

des migrations violentes.

 

Le verbe campe à l’infini,

spectre ou aimant qui attire

la pulpe et le squelette,

vieux chaman des limites

qui allie toutes les voix

à l’extase des pierres.

 

Ouvrir le chant

Le Castor Astral, 93500, Pantin / Ecrits des Forges, Trois-Rivières (Québec), 1994

Du même auteur :

Sur un thème de Walt Whitman (18/12/2014)

Ein grab in der luft (15/10/2017)

Planisphères (15/10/2018)

Ce n’est pas pour ce monde-ci (15/10/2019)

Farine d’orge et feuilles de laurier (15/10/2020)