POSTE-1965-8a22a22a1366553454[1]

 

Quand je fus pris au pavillon (*)             (*) piège pour oiseau

De ma dame très gente et belle,

Je me brûlai à la chandelle

Ainsi que fait le papillon.

 

Je rougis comme vermillon,

Aussi flambant qu’une étincelle,

Quand je fus pris au pavillon

De ma dame très gente et belle.

 

Si j’eusse été émerillon (*)                        (*) oiseau de proie

Ou que j’eusse eu aussi bonne aile,

Je me fusse gardé de celle

Qui me bailla (*) de l’aiguillon                (*) qui me donna

Quand je fus pris au pavillon

 

Du même auteur :

« Le temps a laissé son manteau… » (20/03/2015)

« Ma seule amour… » (20/03/2016)

« Nouvelles ont couru en France… » (20/03/2017)

« Jeunes amoureux nouveaux… » (20/03/2018)

« Quand Souvenir ... » (20/03/2019)

« Dieu, qu'il la fait bon regarder... » (20/03/2020)