maurice-sceve-2015-04-23-14-16-20[1]

 

XVII

 

Plutôt seront Rhône et Saône disjoints,

Que d'avec toi mon coeur se désassemble :

Plutôt seront l'un et l'autre Monts joints,

Qu'avecque nous aucun discord s'assemble :

Plutôt verrons et toi et moi ensemble

Le Rhône aller contremont lentement,

Saône monter très violentement,

Que ce mien feu, tant soit peu, diminue,

Ni que ma foi décroisse aucunement.

Car ferme amour sans eux est plus que nue.

 

Délie, obiect de plus haulte vertu,

A Lyon chez Sulpice Sabon pour Antoine Constantin, 1544

Du même auteur : « Tant je l’aimai... » (15/02/2020)