ventadour[1]

 

Le temps va et vient et vire,

Par jours, par mois et par ans,

Et moi, las ! ne sais que dire,

Toujours même est mon désir,

Même toujours sans changer.

Je veux celle qu’ai voulu

Et dont jamais je n’eus plaisir.

 

Elle n’en perd point le rire,

A moi le dol et le dam.

Au jeu où elle m’invite

Deux fois serai le perdant.

Il est bien perdu, l’amour,

Qui s’adresse à l’insensible,

Si l’accord tôt ne se signe.

 

Et je devrais bien blâmer

De moi-même la raison.

Qui donc étant né de mère,

A perte voudrait servir ?

Si elle m’en châtie,

M’en doublerait la folie,

Puisque fou ne craint que coups !

 

Jamais plus ne chanterai,

Car mes chants ne valent guère,

Ni mes couplets ni mes airs,

Et quoique je fasse ou dise,

Ne récolte aucun profit,

Rien ne vient meilleurement.

 

Si la joie m’est au visage,

N’ai pas moins l’ennui au cœur.

Qui jamais fit pénitence

Avant même le péché ?

Plus la prie, plus elle est dure :

Qu’elle change de figure,

Où j’en viendrai au départ.

 

Ne faut-il pas qu’elle me vainque

Sous sa moindre volonté ?

Quel que soit son tort cruel,

Elle ira en repentance.

Comme le dit l’Ecriture :

« S’il est de bonne aventure

Un seul jour vaut mieux que cent. »

 

Jamais ne partirai d’elle,

Tant qu’aurai souffle de vie.

Quand l’épi a bien poussé

Qu’il balaie longtemps le ciel !

Et si elle a trop tardé,

Elle n’en sera blâmée

Si un jour me devient douce.

 

Ah, bon amour convoité,

Corps bien fait, si tendre si lisse,

Visage aux fraîches couleurs

Que Dieu créa de ses mains !

Toujours vous ai désirée

Et nulle autre ne m’attire,

D’autres amours je n’attends rien.

 

O Douce, bien avisée,

Celui qui vous fit si belle

M’accorde joie que j’attends !

 

Traduit de l’occitan par Georges Ribemont-Dessaignes

In, « Les Troubadours »

Librairie de l’Université de Fribourg / Egloff, 1946

Du même auteur :

« Quand naissent l'herbe fraîche... / « Can l'erba fresch'... » (13/02/2019)

« Quand voie l’alouette mouvoir... » / « Quan vei la lauzeta mover... » (13/02/2020)

 

Lo tems vai e ven e vire

Per jorns, per mes e per ans,

Et eu, las ! no.n sai que dire,

C'ades es us mos talans.

Ades es us e no.s muda,

C'una.n volh e.n ai volguda,

Don anc non aic jauzimen.

 

Pois ela no.n pert lo rire,

E me.n ven e dols e dans,

C'a tal joc m'a faih assire

Don ai lo peyor dos tans,

(C'aitals amors es perduda

Qu'es d'una part mantenguda)

Tro que fai acordamen.

 

Be deuri' esser blasmaire

De me mezeis a razo,

C'anc no nasquet cel de maire

Que tan servis en perdo;

E s'ela no m'en chastia,

Ades doblara.lh folia,

que : fols no tem, tro que prem

 

Ja mains no serai chantaire

ni de l’escola n’Eblo,

que mos chantar no val gaire

ni mas voutas ni mei so ;

 

 

 

Ni res qu'eu fassa ni dia,

No conosc que pros me sia,

Ni no.i vei melhuramen.

 

Si tot fatz de joi parvensa,

Mout ai dins lo cor irat.

Qui vid anc mais penedensa

Faire denan lo pechat ?

On plus la prec, plus m'es dura;

Mas si'n breu tems no.s melhura,

Vengut er al partimen.

 

Pero ben es qu'ela.m vensa

A tota sa volontat,

Que, s'el' a tort o bistensa,

Ades n'aura pietat ;

Que so mostra l'escriptura :

Causa de bon'aventura

Val us sols jorns mais de cen.

 

Ja no.m partrai a ma vida,

Tan com sia saus ni sas,

Que pois l'arma n'es issida,

Balaya lonc tems lo gras ;

E si tot no s'es cochada,

Ja per me no.n er blasmada,

Sol d'eus adenan s'emen.

 

 

 

Ai, bon' amors encobida,

Cors be faihz, delgatz e plas

frescha chara colorida,

Cui Deus formet ab sas mas !

Totz tems vos ai dezirada,

Que res autra no m'agrada.

Autr' amor no volh nien !

 

Dousa res ben ensenhada,

Cel que.us a tan gen formada,

Me.n do cel joi qu'eu n'aten !

 

Poème précédent en occitan :

Peire Rogier : « En bon vers ne peut faillir... » / « Ges non puesc en bon vers fallir... » (25/11/2020)