A-1771104-1439126755-5206

 

Je souris

Je m’invente un petit rire détaché

Je ne termine pas mes phrases

Je souris –

Pour mieux huiler mes rapports sociaux

Je fais semblant d’être un autre

Et je souris

Je m’invente trois ou quatre visages

Devant derrière sur les côtés

Qui parlent tous à la fois et sourient

Je me perds dans la cacophonie

De ma triplicité souriante

Vers dix heures du soir mes visages pivotent

Et se superposent en un masque de mort

 

Mousc’hoarzhin a ran

Kavout a ran ur c’hoarzhig neuziet-skañv

Hag a ziskouez mat n’on ket touellet

N’echuan ket va frazennoù

Mousc’hoarzhin a ran -

Evit lardañ va darempredoù gant ar re all

Ober a ran van da vezañ un den all

Hag e vousc’hoarzhan

Kavout a ran tri pe bevar bizach

Araok asamblez hag o vousc’hoarzhin

En em goll a ran e safar

Va tribarderezh lirzin

War-dro deg eur diouzh an abardaez

Va bisachoù  a dro

Hag en em lak an eil war eben

E stumm ur maskl a varv.

 

Histoires vraies /Mojennoù gwir

Editions Pierre Jean Oswald, 1974

Du même auteur :

Hommes liges des talus en transe (09/01/2014)

Kerzaniel / Kerouzac’h / Penn ar menez (09/01/2015)

 « L’auge a poussé dans la muraille… » (09/01/2016)

 « Quand j’étais jeune… » / « Pa oan bihan… » (08/01/2018)

Le poème du pays qui a faim (09/01/112019)

Dahut (09/01/2020)

 

Poème précédent en breton :

Anjela Duval : Papillon et abeille /Balafenn ha Gwenanenn (22/03/2019)