JOOZxF9ZzLUcP3vZSvHQvwLymWQ[1]

 

Nous avons beau fermement tenir

la lampe sur les sentiers du crépuscule

et en protéger la flamme

nous ne distinguons pas le sol

sur lequel nous marchons.

Nous ignorons qui nous sommes

et où nous allons.

Ainsi c’est notre sort – tombant sans cesse –

de ne jamais posséder la patrie qu’un instant

de ne pouvoir nous arrêter

et dire : Ici nous sommes chez nous.

C’est notre sort de nous égarer

en gravant nos empreintes sur l’eau.

 

Voix dans la nuit

Editions Folle Avoine,35137 Bédée, 2011

Du même auteur :

Ithaque et après (I) (16/09/2014)

Ithaque et après (II) (08/01/2020)