200px-Nekrasov_N_A[1]Nekrasov en 1856

 

 

Ô Muse, nous avons achevé notre chant !

Viens fermer à jamais les yeux de ton poète

Pour l’éternel sommeil dans la nuit même du néant,

Sœur du peuple, ma sœur,

                         oh ! viens, mon âme est prête.

                                                                                        1876

 

Traduit du russe par Katia Granoff

in, "Anthologie de la poésie russe"

Editions Gallimard (Poésie), 1993

Du même auteur :

 « Peux-tu nommer, ô ma terre natale » (06/01/2017)

« Est-ce le vent au fond des bois ? …»  (05/01/2018)

« La coupe est pleine... » (06/01/2019)

« Ô fête de la vie ... » / « Праздник жизни - молодости годы  » (06/01/2020)

 

 

О Муза! наша песня спета.

Приди, закрой глаза поэта

На вечный сон небытия,

Сестра народа — и моя!

 

 

Poème précédent en russe :

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич  Лермонтов : La mort du poète / Смерть поэта (15/11/2020)

Poème suivant en russe :

Vladimir VladimirovitchMaïakovski  / Владимир ВладимировичМаяковский : « Ecoutez !... » / «  Послушайте! ... » (02/01/2021)