du_bouchet_tal_coat_article[1]André du Bouchet © Pierre Tal-Coat

 

Du bord de la faux

 

I

L’aridité qui découvre le jour.

De long en large, pendant que l’orage

                                                       va de long en large.

Sur une voie qui demeure sèche malgré la pluie.

La terre immense se déverse, et rien n’est perdu.

A la déchirure dans le ciel, l’épaisseur du sol.

J’anime le lien des routes.

 

 

 

 

II

La montagne,

                                         la terre bue par le jour, sans

     que le mur bouge.

 

 

                    La montagne

                    comme une faille dans le souffle

 

                    le corps du glacier

 

 

Les nuées volant bas, au ras de la route,

    illuminant le papier.

 

Je ne parle pas avant le ciel,

                                                  la déchirure,

                                                                         comme

       une maison rendue au souffle

 

 

 

 

J’ai vu le jour ébranlé, sans que le mur bouge.

 

III

Le jour écorche les chevilles.

Veillant, volets tirés, dans la blancheur de la pièce.

La blancheur des choses apparaît tard.

 

 

 

                                       Je vais droit au jour turbulent

 

Dans la chaleur vacante,

Editions du Mercure de France, 1959

Du même auteur :

Cession (26/06/2016)

Le moteur blanc (09/07/2017)

Nivellement (09/07/2018)

Ici en deux (09/07/2019)

Sur le pas (09/07/2020)