11 décembre 2020

Nuno Júdice (1949 -) : Une ode terrestre / Uma ode terrestre

  Une ode terrestre   Ce sont ces bateaux qui traversent la pluie, avec l’indécision de leurs coques, leurs cales humides après les pôles et les moussons, mâts brisés au passage des caps, blessures de phare sur le visage des figures de proue, qui sortent d’un brouillard de cigarettes, quand je demande l’heure au serveur derrière son zinc,  et les marins morts s’éloignent, cachant des montres dans la chair putréfiée de leurs poignets, montant vers cette chambre où les tentures déchirées servent à recouvrir... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 décembre 2020

Renée Vivien (1877 – 1909) : Le toucher

 Le toucher   Les arbres ont gardé du soleil dans leurs branches. Voilé comme une femme, évoquant l’autrefois, Le crépuscule passe en pleurant... Et mes doigts Suivent en frémissant la ligne de tes hanches.   Mes doigts ingénieux s’attardent aux frissons De ta chair sous la robe aux douceurs de pétale... L’art du toucher, complexe et curieux, égale Les rêves des parfums, le miracle des sons.   Je suis avec lenteur le contour de tes hanches, Tes épaules, ton col, tes seins inapaisés. Mon désir... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 décembre 2020

Jean-Pierre Schlunegger (1925 – 1964) : Feu de grève

  Feu de grève   Je l’ai trouvé sur la grève Mordu par le vent de la nuit Sifflant de sèves Troué de pluie   Il brûlait là comme une pauvre étoile Rousse et malsaine Nourrie de joncs Parmi les pierres   Je l’ai trouvé près des vagues Empoisonné par leur noire lumière Je l’ai trouvé solitaire Triste et rêvant   Etoile sans cause Musique perdue Son haleine abattait les papillons de nuit   De l’Ortie à l’Etoile Les Amis du Livre, Lausanne (Suisse), 1952 Du même auteur : ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 décembre 2020

Giovanni Pascoli (1855 – 1912) : Fides

  Fides   Lorsque brillait le soir vermeil Et que le cyprès avait l’air D’être en or fin : « Tout là-haut un verger Est ainsi fait », disait la mère A son enfant. Dans son sommeil Celui-ci rêve des forêts d’or, Tandis qu’au coeur de la nuit sombre Le cyprès pleure dans la tempête Et à l’assaut du vent tient tête.   Traduit de l’italien par Sicca Vernier in, « Poètes d’Italie. Anthologie, des origines à nos jours » Editions de la Table Ronde, 1999   Fides Quando brillava... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 décembre 2020

Alain Jégou (1948 – 2013) : Pointe de 30

  Pointe de 30        Orage de mer. Grondements et râlements sourds.  Stries dans le ciel et craquements sur les ondes. Ambiance lourde, pesante, fait ployer l’échine, même aux plus farauds.      C’est presque la nuit. Une clarté ténue, bizarrement voilée, investit l’espace et fait taire tous discours et délires débridés.      Les goélands demeurent figés sur l’onde plate. Eux, habituellement si excités et braillards, ne mouftent ni ne bougent. Le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 décembre 2020

Bilhana (XI ème siècle) : « Encore aujourd’hui... »

  Encore aujourd’hui Je songe à elle, Eblouissante avec ses guirlandes de fleurs de campaka (*) Son visage pareil au lotus épanoui, A sa taille, une tendre ligne de duvet, Le corps frémissant de désir au sortir du sommeil – Ma bien-aimée – Sortilège Dont, par ma folie, J’ai été dépossédé !   * Encore aujourd’hui Il me souvient Du visage de ma bien-aimée : Les anneaux d’or à ses oreilles frôlaient ses joues, Tant était grande, dans l’amour, son ardeur A inverser les rôles Et, au rythme de ses... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 décembre 2020

Jacques Roubaud (1932 -) : Tombeaux de Pétrarque

  Tombeaux de Pétrarque                  cobla I   Ou le soleil mange les étoiles dans l’aube ou dans la neige tes cheveux prendront rive comme les vents aux fleuves liés de glace si des écueils     but amer de ma voile une lumière     de collines     entre branches m’écarte neuf     j’aborde au cours d’un bois contre la lune     dans tes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 décembre 2020

Antonio Gamoneda (1931 -) : « Si au moins je savais d’où ta tête... »

  Si au moins je savais d’où ta tête prend son port de ramier amer, si je savais quel ruban est plus long, celui de ton désir ou celui de ta tristesse ;   si je voyais d’où ta beauté tire sa ferme et silencieuse charge, si l’on me disait qu’elle passion libère sa nature du fond de tes yeux,   ô gardienne véloce, je te donnerais une partie de moi-même pour rester uni à ce qui m’est le plus cher.   Mais il est vrai que je ne sais pas encore de quelle chose me dépouiller : de cette douleur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 décembre 2020

Alicia Suskin Ostriker (1937 -) : Huitième et treizième / The Eighth and Thirteenth

  Huitième et Treizième     La Huitième de Chostakovitch, Mise en musique du comble De l’horreur qu’offre l’histoire, A été rediffusée hier soir Sur les ondes nationales. Seule Devant mon vin, j’ai bu Cette sombre symphonie Jusqu’à la lie sordide. Le compositeur Accentue les tierces mineures, l’avalanche Des cuivres s’abat sur l’ensemble en grumes Tout juste retranchées de leur forêt, qu’emportent Courant et chant de bateliers. Comme des corbeaux  Qui sentent venir la viande, Les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 décembre 2020

James Sacré (1939 -) : Morceaux d’oiseaux qui sont dans le poème abandonné

Morceaux d’oiseaux qui sont dans le poème abandonné     L’aile tendue l’oiseau (quel oiseau sans nom ?) allongé montre (rémiges rectrices rêches contre la tuile) au bord des toits le bleu dans le vent du ciel et des grands arbres sans couleur (mouvement cri) puis le rouge abandonné les tuiles dans un peu d’ombre au loin l’oiseau allongé plane où les arbres sont des feuillages vrais.                   Poète calcaire roche ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :