camoes-angola[1]

 

Amour est feu qui brûle et qu’on ne voit ;

     Plaie qui fait mal sans qu’on le sente ;

Contentement qui mécontente ;

     Douleur qui vous égare et qui ne poind ;

 

C’est non-vouloir plus grand que le vouloir ;

     C’est être seul chez les nombreux ;

     C’est le bonheur sans être heureux ;

C’est croire que l’on gagne alors qu’on perd.

 

C’est librement vouloir être en prison,

     Et vainqueur servir le vaincu,

     Être loyal pour qui vous tue ;

 

Mais comment pourrait-il favoriser

     Au cœur des homme l’amitié,

Si à soi-même Amour est si contraire ?

 

Adapté du portugais par Alain Bosquet

In, Revue « Poésie1 / Vagabondage, N° 33, mars 2003 »

Le cherche midi éditeur, 2003

 

Amor é fogo que arde sem se ver;

É ferida que dói, e não se sente;

É um contentamento descontente;

É dor que desatina sem doer.

É um não querer mais que bem querer;

É um andar solitário entre a gente;

 

É nunca contentar-se de contente;

É um cuidar que se ganha em se perder.

É querer estar preso por vontade;

É servir a quem vence, o vencedor;

É ter com quem nos mata, lealdade.

Mas como causar pode seu favor

Nos corações humanos amizade,

Se tão contrário a si é o mesmo Amor?

 

Poème précédent en portugais :

Nuno Júdice (1949 -) : Une ode terrestre / Uma ode terrestre (11/12/2020)

Poème suivant en portugais :

Casimiro de Brito (1938 -) : Dimanche / Domingo (31/12/2020)