681[1]

 

Une ode terrestre

 

Ce sont ces bateaux qui traversent la pluie, avec l’indécision

de leurs coques, leurs cales humides

après les pôles et les moussons, mâts brisés au passage

des caps, blessures de phare sur le visage des figures de

proue, qui sortent d’un brouillard de cigarettes, quand

je demande l’heure au serveur derrière son zinc,  et les

marins morts s’éloignent, cachant des

montres dans la chair putréfiée de leurs poignets, montant vers

cette chambre où les tentures déchirées servent

à recouvrir la table où les jeux avaient lieu, dans

l’ennui des paris, comme si le véritable bluff

ne sortait pas de tes côtes, ô vénus travestie des

falaises nocturnes, courant la rade et ses ruelles,

comme si ton destin n’était pas de trébucher sur

des femmes immobiles, celles qui attendent celui qui sort

les poches pleines, après la dernière tournée, pour lui

voler la force de son sexe gonflé avec l’aube.

 

Ce sont ces navires qui ont naufragé quand tu

m’as dit l’heure, la première de la vie qui naît avec

les prémices du jour, la lumière phtisique de l’aurore

hivernale, quand la pluie commence à tomber, dans un

rythme doux, nettoyant les rues d’une boue de

mégots et de papiers, se superposant à ta voix qui

me raconte ton arrivée jusqu’ici, comme si

je voulais savoir d’où tu venais, maintenant que tu es là,

et tout ce qui m’intéresse c’est la grisaille qui naît

de tes yeux, les rayures de ta veste contre le vert

de l’arbre qui apparaît dans l’embrasure, la bande de lumière

que tu m’occultes avec tes mots d’oiseau

blanc, chargés d’insomnie, étalés sur le

plancher comme des cartes disposés pour

une interminable patience, car j’attends que

tu achèves pour que les portes s’ouvrent, toutes,

et que les bateaux reviennent à l’intérieur de la chambre

avec leur chargement d’esclaves et d’épices.

 

Et quand ces navires arrivent, les voiles gonflées

comme les ailes d’une migration d’oiseaux aveugles, je

les célèbre, corbeaux échoués dans une hémoptysie

de pétales, vomissant des coquilles, tandis que tu m’entraînes

vers la tempête du lit défait, où les marins

ont laissé les empreintes de minuit, et nous embarquons,

sachant qu’aucun port n’offrira d’escale pour souffler

les bougies de qui n’a jamais fêté d’anniversaire, maintenant

qu’une navigation de draps démontés agite la coque,

et tu m’ouvres l’écoutille sur tous les corps immergés

dans cette mer, sur lesquels plane un vol de libellules

d’albâtre suspendues au cou d’une déesse

nue par le gardien de l’éternité, à qui je demande le mot de passe

pour sortir de tes bras, ô reine d’un échiquier

sans damier ni échecs, me condamnant à sauter

entre des fous et des pions, jusqu’à parvenir à la haie où

l’on voit d’autres haies, si l’on suit l’écho de ta voix.

 

Ces bateaux que l’océan régurgite, posés sur la vitre

comme les mouches ivres d’automne, dans l’agonie

de la vigne, pénètrent ce golfe amoureux de murmures

et d’orgasmes, jetant leurs ancres sur le pubis sablonneux

des coraux, où je plonge derrière ton ombre, ô nymphe

blême dont j’ai perdu le sourire dans l’obscurité des escaliers,

tandis que tu allumais ma cigarette, et nous aurions pu lire à la lueur d’une

allumette les graffiti obscènes sur le plâtre du mur,

déchiffrant les codes brutaux de l’amour aux sons de portes

claquant à l’étage du dessus, du grincement des lits

lointains, des gémissements étouffés par des mains

fermes, maîtrisant le gouvernail qui force cette route

de hasard, comme si le destin n’avait pas été écrit sur

la détermination de tes lèvres, sibylle muette du couchant,

et le soleil ne s’est pas éteint dans tes seins, quand mes

mains cherchent la sortie de ton corps, et que tu me racontes

l’histoire du labyrinthe dans une rumeur d’antiques extases.

 

Et c’est ici, à terre, que je reconstitue le chemin qui

ma mené au centre de toi,  par-dessus les haies et les navires,

foulant des oiseaux et des lunes, entendant la voix qui

ne cesse en soupirant de monter vers moi, marée et colline, jusqu’à

la cime de l’âme, où je murmure ton nom, dans un baptême

d’écumes saoules se fracassant dans le tumulte des morts.

 

 

Traduit du portugais par Michel Chandeigne

in, « Anthologie de la poésie portugaise contemporaine 1935 -2000 »

Editions Gallimard (Poésie), 2003

 

Uma ode terrestre

São estes barcos que atravessam a chuva, com

a indecisão dos seux bojos, os porões húmidos

de pólos e monções, mastros quebrados na passagem

dos cabos, feridas de faróis no rosto das figuras  de

proa, que saem de uma névoa de cigarros, quando

pergunto as horas ao empregado do balcão, e os

marinheiros mortos se afastam, escondendo  os

relógios na corrupção dos pulsos, subindo para

esse quarto onde os cortinados se desfazem, servindo

para cobrir a mesa onde os jogos se fazem, num

tédio de apostas, com se o verdadeiro bluff

não saísse das tuas costas, ó vénus travestida das

falésias nocturnas, correndo esquinas e enseadas,

como se o teu destino não fosse tropeçar nas

mulheres paradas, as que esperam quem sai de

bolsos cheios, com a última rodada, para lhes

roubar a força do sexo inchao com a madrugada.

 

São estes barcos que naufragam quando me

dizez a hora, a primeira da vida que nasce com

um anúncio de dia, a luz tísica do nascente de

inverno, enquanto a chuva começa a cair, num

bater manso, limpando as ruas de uma lama de

beatas e de papéis, sobrepondo-se à tua voz que

me conta como  chegaste até aqui, como se eu

quisesse saber de onde vens, agora que chegaste,

e tudo o que me interessa é o cinzento que nasce

dos teus olhos, as riscas do teu casaco contra o verde

da árvore que entrou pela janela, o limite da luz

que me escondes com as tuas palavras de pássaro

branco, carregadas de insónias, estendidas no

chão de madeira como cartas preparadas para

uma paciência infindável, que eu espero que

tu acabes para que as portas se abram, todas,

e os barcos voltem a entrar para dentro do quarto,

com os seus carregamento de escravos e especiarias.

 

E quando estes barcos chegam, de velas abertas

como as asas de uma migração de aves cegas, eu

celebro-os, corvos encalhados numa hemoptise

de pétalas, vomitando conchas, enquanto tu me puxas

para o temporal da cama desfeita, onde os marinheiros

deixaram as insígnias da meia-noite, e embarcamos,

sabendo que nenhum porto abrigará uma escala para

apagar as velas de quem nunca fez anos, agora que

uma navegação de lençóis encapelados agita o casco,

e me abres a escotilha de todos os corpos submersos

neste mar, sobre os quais paira um voo de libélulas

de alabastro, penduradas ao pescoço de uma deusa

nua pelo guarda da eternidade, a quem peço a senha

para sair dos teus braços, ó rainha de um xadrez

sem tabuleiro nem xeques, condenando-me a saltar

por entre bispos e peões, até chegar à sebe de onde

se vêem outras sebes, seguindo o eco da tua voz.

 

Estes barcos que o horizonte rejeita, pousados no vidro

como as moscas embriagadas pelo Outono, numa agonia

de mosto, entram por esse golfo amoroso de murmúrios

e orgasmos, lançando as suas âncoras no púbis arenoso

dos corais, onde mergulho atrás da tua sombra, ó ninfa

pálida, cujo sorriso perdi na obscuridade das escadas,

enquanto me aciendias o cigarro, e podiamos ler à luz do

fósforos as inscrições obscenas no gesso da parede,

decifrando os códigos brutais do armor, ao som das portas

que se fecham no andar de cima, do ranger das camas

longínquas, dos gemidos que se afogam num fechar de

mãos, dominando o leme que empurra este rumo de

acaso, como se o destino não estivesse escrito na

determinação dos teus lábios, sibila muda do ocaso,

 e o sol não se apagasse nos teus seios, quando as minhas

mãos procuram a saida do teu corpo, e me contas a

história do labirinto num murmúrio de antigo êxtases.

 

E é aqui, em terra, que resconstituo os passos que me

levaram ao centro de ti, passando as sebes e os barcos,

pisando pássaros e luas, ouvindo a tua voz que não

cessa, num sopro, subindo por mim, maré e monte, até

ao cume da alma, de onde digo o teu nome, num baptismo

de espumas ébrias por entre o tumulto dos mortos.

 

Cartografia de Emoções

Publicações Dom Quixote, Lisboa, 2001

Poème précédent en portugais :

Fernando Pessoa : Le Gardeur de troupeaux / O Guardador de rebanhos (XXXI - XLIX) (20/06/2020)

Poème suivant en portugais :

Luís Vaz de Camões : « Amour est feu qui brûle... » / « Amor é fogo que arde... » (23/12/2020)