390px-BnF_msPeire Rogier, d'après un chansonnier du xiiie siècle (BnF, manuscrit français 12473, folio 2v.)

 

En bon vers ne peut faillir

Alors que ma dame chante ;

Comment pourrais-je d’ell’ mal dire ?

Il n’est ici homme si rustre

Qui d’un de ses propos ou deux

De vilain ne tourne en courtois.

Pour ce sachez bien que vrai est,

Quel bien qu’en dis, je le tiens d’Elle.

 

A rien ne pense, ni désire

Ni ai envie, ni talent,

Sinon d’ell’, pour la servir

Et faire ce qui bon lui plaît,

Car je ne crois que jamais n’eus

D’autre raison que de lui plaire ;

Bien sais qu’honneur m’est accordé

Pour tout que fais pour l’amour d’Elle.

 

Bien je puis des autres rire,

Ai si bien pris les devants,

La meilleure ai su choisir ;

Je le dis, c’est vérité ;

Bien sais, ne manquent des jaloux

Qui diront : tu mens, ce n’est vrai.

Peu me chaut ni souci n’en ai,

Je sais bien ce qui e, est d’Elle.

 

 

Grands tourments ai à souffrir

Par douleur d’ell’ qu’ai si grand,

Mon cœur n’en doit départir

Pour nul plaisir d’autre amour ;

Autre joie ne m’est douce ni bonne,

Ni n’en veux jamais en promesse ;

Et si j’en avais cent conquis,

Rien n’en ferais, ne sais vouloir qu’Elle...

 

Dame bonne, pour vous soupire

Et endure grand peine, grand mal,

Pour vous que j’aime et désire ;

Ne plus vous voir, n’est à mon gré,

Et si loin que je sois de vous

Cœur et sens vous sont attachés,

Car ainsi suis, vous le voyez ;

Les biens que j’ai, tous les ai d’Elle.

 

Adaptée de l’occitan par France Igly

In, « Troubadours et trouvères »

Seghers, 1960

 

Ges non puesc en bon vers fallir

Nulh' hora que de midons chan!

Cossi poiri'ieu ren mal dir

Qu'om non es tan mal essenhatz,

Si parl'ab lieys un mot o dos,

Que totz uilas non torn cortes!

Per que sapchatz be que vers es,

Que-l ben qu'ieu dic tot ai de liey.

 

De ren als no pes ni cossir

Ni ai dezirier ni talan,

Mas de lieys quo-l pogues seruir

E far tot quant l'es bon ni-l platz,

Qu'ieu non cre qu'ieu anc per als fos

Mais per lieys far so que-l plagues,

Que be say qu'onors m'es e bes

Tot quan fas per amor de liey.

 

Ben puesc los autres escarnir,

Qu'aissi-m suy sauputz trair'enan

Que-l mielhs del mon saupi chauzir!

Ieu o dic e sai qu'es uertatz!

Ben leu manz n'i aura gelos,

Que diran: menz e non es res!

No m'en cal ni d'aco no m'es,

Qu'ieu say ben cossi es de liey.

 

Greus m'es lo mals tragz a sufrir

E-l dolors, qu'ay de lieys tan gran,

Don lo cors no-m pot reuenir!

Pero no-m platz autr'amistatz,

Ni mais iois no m'es dous ni bos,

Ni no uuelh que-m sia promes,

Que, s'ieu n'auia cent conques,

Ren no-ls pretz mais aquels de liey.

 

Bona dompna, souen sospir

E trac gran pena e gran afan

Per uos, cuy am mout e dezir!

E car no-us uey, non es mos graz!

E si be m'estau luenh de uos,

Lo cor e-l sen uos ai trames,

Si qu'aissi no suy on tu-m ues,

----------------------------------------------------

 

Poème Précédent en occitan :

Bertand deBorn  : « Me plaît le joyeux temps de Pâques... » / « Be·m platz lo gais temps de Pascor... » (16/11/2020)

Poème suivant en occitan :

Bernart de Ventadorn : « Le temps va et vient... / Lo tems vai e ven... (13/02/2021)