biagio-marin[1]

 

Mistral d’été

donne-moi encore des ailes

maintenant que les journées

me descendent dans l’âme.

 

Fais-moi voile tendue

fais-moi son de clocher

qu’une terre lointaine

à sa table m’accueille.

 

Rien peut-être que pluie

tombant sur unjardin

rafraîchir les parterres

de la jeune salade.

 

L’envie du lointain

me brûle et me tourmente ;

odeur des primes violettes

et parfum de la menthe.

 

Et ce nuage, mistral,

qu’avec toi tu emportes,

cette aile de mouette,

ils sont mon agonie.

 

Traduit de l’italien par Sophie Basch

In, « La Nouvelle Revue Française, Juillet-Août 1993, N° 486-487 »

Editions Gallimard, 1993

 

Maestrale d’estate,

oh, dammi ancora l’ala

adesso che le giornate

nell’anima calano..

 

Fammi vela tesa,

fammi suono di campana

pur che terra lontana

mi accolga alla sua mensa.

 

Magari solo piova

che cade su di un orto

a rinfrescare aiole

dell’insalata nuova.

 

Voglia di lontananza,

mi brucia e mi tormenta ;

odore di prime viole

e perfumo di menta.

 

E quel nuvolo, maestrale

che tu ti porti via,

quell’ala di gabbiano

sono la mia agonia.

 

Traduit du vénitien en italien par Edda Serrain

In, « Biagio Marin : poésie »

Garzanti editore, Milano (Italie), 1992

 

Maistral d’istàe,

oh, dame incora l’ala

’desso che le zornàe

ne l’ànema le cala.

 

Fa de me vela tesa,

fame son de canpana

pur che tera lontana

me toga a la so mesa.

 

Magari solo piova

che cage sora un orto

a rinfrescâ vanese

de la salata nova.

 

Vogia de lontanansa,

me brusa e me tormenta ;

odor de prime viole

e profumo de menta.

 

E quel nuolo, maistral,

che tu tu porti via

quel’ala de corcal

i xe la gno angunia.

 

Texte original en vénitien

Du même auteur : « T’ai ôté chaque feuille... » / « T’hè levào ogni fogia ... » (31/10/2019)