330px-Jacques_Chessex[1]Jacques Chessex en septembre 2009 à Lausanne

 

La part errante

 

Ce fut la mort ? Vous le direz

                        fantôme devant l’air

Et toi corps qui étais colline brillante

Tu ne laisseras plus la main du maître

                        te saisir

Ni son éternité dissoudre un temps qui n’appartient

                        qu’à cet air rare

Odeur ni humidité revenant parmi ce vide

Que tu es maintenant, ni poids pesant

Sans aucun sol fleuri pour te fixer

 

Ce fut la mort ? Mais quel arrêt

Jamais dira la part errante ?

 

Le Temps sans temps

Le cherche-midi éditeur, 1995

Du même auteur :

13 Janvier1976 (06/05/2015)

  Pauvre dormeur (07/10/2016)  

L’énigme gère tes pas (07/10/2017)

Elégie dans l’hiver (07/10/2018)

Votif (07/10/2019)