3045636a38484569784a[1]

Adieu

 

Au printemps

Tu agites doucement un mouchoir

Pour me faire parvenir au loin

Ou revenir bientôt ?

 

Non, rien de tout cela

Sans aucune raison

Comme la fleur tombe à l’eau

Comme la rosée sur la fleur...

 

Seule l’ombre peut le comprendre

Ou le vent se faire une idée

Seuls les papillons qu’un soupir effarouche

Voltigent encore entre les cœurs...

 

Traduit du chinois par Chantal Chen - Andro

In, « Anthologie de la poésie chinoise »

Editions Gallimard (La Pléiade),2015)

Du même auteur :

Le proche et le lointain (28/10/2014)

Fantaisie de la vie (28/10/2015)

Je suis un enfant capricieux et fantasque (28/10/2016)

La terre est courbe (28/10/2017)

Une génération (28//10/2018)

« Peut-être suis-je aveugle ... » (28/10/2019)