Raimbaut_de_Vaqueiras[1]

 

Ne me plaisent hiver ni printemps,

Ni ciel clair ni feuilles de chênes,

Mon succès me semble infortune,

Toutes mes joies se font douleur,

Et sont tourments tous mes plaisirs,

Et me désespère mon espoir ;

J’étais avec mon seul amour

Plus heureux que poisson dans l’onde,

Et puis d’amour m’en suis parti,

Pauvre exilé et tout marri,

Toute autre vie me semble mort,

Toute autre joie déconfort.

 

Puisque d’amour ai perdu la fleur

Le doux fruit, le grain et l’épi,

De cet amour cher à mes dits,

Qui me donnait gloire et honneur

Et m’élevait au rang des preux,

Voici que de très haut je chois ;

Et si je semble fol d’effroi,

Onc flamme si vite ne s’éteignit

Comme suis soufflé et éteint,

Et perdu, sans geste et sans voix

Lorsque me vainc le déconfort

Qui m’accable malgré mes efforts...

 

Que me valent conquêtes et richesses ?

Je me tenais pour bien plus riche

Quand j’étais aimé et aimant,

Me repaissant d’amour courtois.

J’en aimais mieux un seul plaisir

Qu’ici grand terre et grand avoir,

Maintenant plus mon pouvoir croît,

Plus grandit douleur en mon cœur,

Avec mon cher Beau-Chevalier (1)

La joie est partie et perdue,

Dont ne saurait me conforter,

Car toujours l’ire est la plus forte...

 

(1)    C’est le nom que donnait, dans ses chansons, Raimbaut de Vaqueyras à Béatrice de Montferrat dont il était épris.

 

Adaptée de l’occitan par France Igly

In, « Troubadours et trouvères »

Pierre Seghers, 1960

Du même auteur : « Hautes vagues qui venez sur la mer... » (24/10/2019)

 


No m'agrad' iverns ni pascors

Ni clars temps ni fuoills de garrics,

Car mos enans mi par destrics

E totz mos majer gaugz dolors,

E son maltrag tuit miei lezer

E desesperat miei esper;

E si.m sol amors e dompneis

Tener gai plus que l'aiga.l peis!

E pois d'amor me sui partitz

Cum hom issillatz e faiditz,

Tot' autra vida.m sembla mortz

E totz autre jois desconortz.

 



Pois d'amor m'es faillida.il flors

E.l dolz fruitz e.l grans e l'espics,

Don gauzi' ab plazens prezics

E pretz m'en sobrav' et honors

E.n sabi' entre.ls pros caber,

Era.m fai d'aut en bas cazer;

E si no.m sembles fols esfreis,

Anc flama plus tost non s'esteis

Q'ieu for' esteins e relinquitz

E perdutz en faitz et en digz

Lo jorn qe.m venc lo desconortz

Que non merma, cum qe.m refortz.

 

....................................................................

 

Doncs, qe.m val conquistz ni ricors?

Qu'eu ja.m tenia per plus rics

Qand er' amatz e fis amics,

E.m paissi' ab n'Engles amors;

N'amava mais un sol plazer

Que sai gran terr' e gran aver,

C'ades on plus mos poders creis

Ai major ir' ab mi mezeis,

Pois mos Bels Cavalliers grazitz

E jois m'es loignatz e fugitz,

Don mais no.m naissera conortz,

Per q'es majer l'ir' e plus fortz.

...........................................................................

 

Poème précédent en occitan :

Jaufre Rudel: « Ne sait chanter qui ne dit rien... » / « No sap chantar qui so non di... » (22/10/2020)

Poème suivant en occitan :

Bertand de Born : « Me plaît le joyeux temps de Pâques... » / « Be·m platz lo gais temps de Pascor... » (16/11/2020)