160px-BnF_ms

 

 

Ne sait chanter qui ne dit rien

Ni vers trouver qui ne dit mot

Nul ne sait comment il va des vers

Si leur mouvement ne l’anime

Ainsi commence ici mon chant

Plus l’ouïrez, plus il plaira.

 

Que nul de moi ne s’émerveille :

J’aime qui jamais me verra,

D’autre amour en mon cœur il n’y a

Sauf une dame jamais vue

Nulle joie ne me réjouit

Je ne sais quel bien m’en viendra.

 

Coup de joie me frappe et m’occit

Et le dard d’amour me dessèche

La chair dont tout mon corps maigrit.

Jamais je ne reçus tel coup,

Pour nulle autre tant me languit

Jamais cela ne s’est produit.

 

Jamais si doux ne m’endormis

Que mon esprit n’aille là-bas

Je n’eus jamais tant de tristesse

Que mon cœur ne fut plus ici

Quand je me réveille au matin

Tout mon beau délice s’en va.

 

Bien sais que d’elle n’ai joui

Jamais de moi ne jouira,

Ni pour son ami me tiendra,

Ni promesse ne m’en fera ;

Ne m’a dit vrai, ni ne mentit

Ne sais si jamais le fera.

 

Bon est ce chant, je n’y faillis,

Toute chose y est bien en place

Celui qui de moi l’apprendra

Qu’il ne l’abîme ou le massacre

Car ainsi l’auront en Quercy

Bertrand et Comte de Toulouse

 

Bon est ce chant, et qu’ils en fassent

Quelque chose qu’on chantera.

 

Traduit de occitant par Pierre Seghers

In, « Le livre d’or de la poésie française, des origines à 1940 »

Editions Marabout

 

 No sap chantar qui so non di,

Ni vers trobar qui motz no fa,

Ni conois de rima co-s va

Si razo non enten en si.

Mas lo mieus chans comens' aissi

Corn plus l'auziretz, mais valra, a a. 

 

Nuils hom no-s meravill de mi

S'ieu am so que ja no'm veira,

Que-l cor joi d'autr'amor non ha

Mas de cela qu'ieu anc no vi,

Ni per nuill joi aitan no ri,

E no sai quais bes m'en venra, a a.

 

Colps de joi me fer, que m'ausi,

Et ponha d'amor que-m sostra

La carn, don lo cors magrira ;

Et anc mais tan greu no-m feri,

Ni per nuill colp tan no langui,

Quar no cove ni no s'esca, a a.

 

Anc tan suau no m'adurmi

Mos esperitz tost no fos la,

Ni tan d'ira non ac de sa

Mos cors ades no fos aqui :

E quan mi resveill al mati

Totz mos bos sabers mi desva, a a.

 

Ben sai c'anc de lei no-m jauzi,

Ni ja de riii no's jauzira,

Ni per son amie no-m tenra

Ni coven no-m fara de si ;

Anc no-m dis ver ni no-m menti

E no sai si ja s'o fara, a a.

 

Bos es lo vers, qu'anc no-i falhi,

Et tot so que-i es ben esta ;

E sel que de mi l'apenra

Gart se no-l franha ni-l pessi ;

Car si l'auran en Caersi

En Bertrans e-l coms en Tolza, a a.

 

Bos es lo vers, e faran hi

Calque re don hom chantara.

 

Poème précédent en occitan :

Guillaume d’Aquitaine : Chanson / Canso (19/09/2020)

Poème suivant en occitan :

Raimbaut de Vaqueyras: « Ne me plaisent hiver ni printemps... » / « No m'agrad' iverns ni pascors... » (24/10/2020)