ob_ab919e_2-nelly-sachs-recadre[1]

 

C’est l’heure planétaire des fugitifs.

C’est la fuite arracheuse des fugitifs

vers le haut mal, vers la mort !

 

C’est la chute astrale hors de l’arrestation magique

du seuil, du foyer, du pain.

 

C’est la pomme noire de la connaissance,

la peur ! Soleil d’amour éteint

qui fume ! C’est la fleur de la hâte,

aspergée de sueur ! Ce sont les chasseurs

issus de rien, rien que de fuite.

 

Ce sont des pourchassés, qui portent dans les tombes

leurs cachettes mortelles.

 

C’est le sable, effrayé

de guirlandes d’adieu.

C’est la percée de la terre vers l’espace libre,

son souffle court,

dans l’humidité de l’air.

 

Traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre

In, « Anthologie bilingue de la poésie allemande »

Editions Gallimard (La Pléiade), 1995

De la même autrice:

« Ici où dans le sel… » (16/09/2015)

« Des langues de mer salées… » (16/09/2016)

« Rêve surcroît du dormeur… / « Traum der den Schlafenden… » (16/09/2017)

« Vous mes morts... » / « Ihr meine Toten... » (16/09/2018)

Papillon / Schmetterling (16/09/1209)

 

Das ist der Flüchtlinge Planetenstunde.

Das ist der Flüchtlinge reißende Flucht

In die Fallsucht, den Tod !

 

Das ist der Sternfall aus magister Verhaftung

Der Schwelle, der Herdes, des Brots.

 

Das it der schwarze Apfel der Erkenntnis,

die Angst ! Erloschene Liebessonne

die raucht ! Das ist die Blume der Eile,

schweißbetropft ! Das sind die Jäger

aus Nichts, nur aus Flucht.

 

Das sind Gejagte, die ihre tödlichen Verstecke

in die Gräber tragen.

 

Das ist der Sand, erschrocken

mit Girlanden des Abschieds.

Das ist der Erde Vorstoß ins Freie,

ihr stockender Atem

in der Demut der Luft.

 

Und niemand weiß weiter,

Ellerman verlag, Hambourg-Munich, 1957

 

Poème précédent en allemand :

Johann Wolfgang von Goethe : Navigation / Seefahrt (23/06/2020)