Photo_Annie_Salager[1]

 

Courants d’amour                             Courants de paix par

par temps de paix                               temps de guerre

 

Parfois une épée traverse la                   Non, il ne voulait plus de lui-

nuit depuis les étoiles, son                     même. Son corps était

trait éblouit le fond du ciel,                   obscur, trop de nuit

les tours dressées dans le                       l’habitait. Il marchait dans le

vide, les jardins de cendre.                    froid et la chaleur, aveuglé

Miracle sur la terre.                               par le désert, en remâchant                           

Autour des mégapoles, les                    une salive de cendre. Toute

dépôts d’ordure accroissent                  violence venait de le

leur force magnétique, le blé                déserter. On appelait çà la

en herbe ondule aux collines                guerre du Golfe, allait-il

de détritus.                                            mourir, ce n’était plus une

La rose a beau répandre ses                 question.

pétales sur le sol, ses graines               Pressé par une généalogie

maturent dans les boîtes de                  humiliée, il avait mené trop

conserve.                                              de batailles avec son bâton

Miracle sur la terre.                              pèlerin ; quelques-unes

Un vent de choses par                          contre lui. Il les revoyait                     

chacun méconnues modifie                 maintenant, lentes, difficiles.  

les patries, déplace les                         Lui avaient-elles mis un peu

chemins, les prisonniers                       de jour au cœur, comme un

désertent leurs prisons, leurs                bol de lait de chamelle pour

voix se cassent puis chantent,              la soif ?

reflets tremblés dans la                        Le ciel vibrait d’étoiles au-

chaleur.                                                dessus de sa tête. Il chercha

Une épée traverse nuit.                        en grelottant une trace

La gazelle est au point d’eau,              d’aurore, tout était sombre.

invisible à l’œil du chasseur,               Il crut comprendre le Coran

dans les cultures qui vont                    pour la première fois. Et au

disparaître, dans les mots                   bout de jardins qui lui   

anciens, elle appelle l’avenir.             apparaissaient, des puits

                                                           l’appelaient. Il se désaltérait

                                                           à leur eau fraîche parcourue

                                                          de lumière

 

 

In, « Les plus beaux poèmes pour la Paix »

Le cherche midi éditeur, 2005