belamri[1]

de l’autre côté de la vitre...

 

 

de l’autre côté de la vitre

la pluie tisse une annonce

rire en tremblement de lumière

où se prend l’hirondelle

le vertige roule sous la peau

une révolte de houris

 

la cicatrice s’ouvre

le corps retient ses secrets

 

c’est la fracture qui chante

sous l’immobilité du jour

une rumeur de printemps perdue

sur la terre qui n’a pas bu

 

de nouveau pensée et douleur se condensent

une pointe de silex dans la pupille

 

In, « Il fait un temps de poèmes.

Textes rassemblés er présentés par Yvon Le Men

Filigranes Editions 22140 Trézélan, 1996