AVT_Victor-Segalen_6473[1]

 

Vent des Royaumes

 

 

Lève, voix antique, et profond Vent des Royaumes.

     Relent du passé ; odeur des moments défunts.

     Long écho sans mur et goût salé des embruns

     Des âges ; reflux assaillant comme les Huns.

 

Mais tu ne viens pas de leurs plaines maléfiques :

     Tu n'es point comme eux poudré de sable et de brique,

     Tu ne descends pas des plateaux géographiques

     Ni des ailleurs, - des autrefois : du fond du temps.

 

Non point chargé d'eau, tu n'as pas désaltéré

     Des gens au désert : tu vas sans but, ignoré

     Du pôle, ignorant le méridion doré

     Et ne passes point sur les palmes et les baumes.

 

Tu es riche et lourd et suave et frais, pourtant.

     Une fois encor, descends avec la sagesse

     Ancienne, et malgré mon dégoût et ma mollesse

     Viens ressusciter tout de ta grande caresse.

 


Odes

Les Arts et le Livre, 1926

Du même auteur :

Du bout du sabre (25/09/2014)

Eloge et pouvoir de l’absence (25/09/2015)

Edit Funéraire – (06/09/2016)

Tô-Bod (05/09/2017)

Nom caché (05/09/2018)

Prière au ciel sur l’esplanade nue (04/09/2019)