220px-Portrait_de_Kenneth_White_en_Écosse[1]

 

La rivière qui traverse le temps

 

1. Biographie

 

     Elle descend des montagnes noires

     terre de mémoire et de météores

 

     quand

     dans le pays des Causses

     elle voyage

     sur la roche calcaire

     elle semble vouloir revenir en arrière

     se lovant

     en longs et sombres méandres

 

     puis s’ouvrant, superbement, elle avance

     à travers la plus fertile plaine de France

 

     afin de rejoindre

     à côté de la Garonne

     le vaste océan.

 

2. Le mouvement de la longue pensée

 

     S’attardant, rêveuse

     la rivière traverse les territoires

 

     dans la blancheur de l’aurore

     dans les ombres du soir

     sous les averses vaporeuses

     avec de longs passages limpides

     sur des pierres luisantes

 

     Confucius

     amoureux de la longue pensée

     ne pouvait longer une rivière

     sans verser quelques pleurs.

 

2. Trois moments

 

     Dans la brume grise du soir

     un héron gris

     vole au-dessus des roseaux

.

                           *

 

     On ne voir même pas son ombre

     mais il est là quelque part

     le martin-pêcheur.

 

                           *

     Entre une question et une question

     entre un silence et un silence

     le murmure de la rivière.

 

 

Traduit de l’anglais par  Marie-Claude White

In, « Le Passage extérieur »

Editions du Mercure de France, 2005

Du même auteur :

Le Grand Rivage (1 - 53) (06/09/2014)

La porte de l’ouest (02/09/2015)

Lettre à un vieux calligraphe (03/09/2016)

Théorie (03/09/2017)

« La pensée est une pensée... » (03/09/2018)

Java (02/09/2019)