838_mahmoud_darwich_en_2005_-_photo_pqr_la_depeche_du_midi_-_f

 

Poèmes sur un amour ancien

(extraits)

 

1

Dans les ruines, notre rose.

Sur le sable, nos deux visages.

Quand passent les vents de l’été,

Nous hissons nos mouchoirs

Lentement...lentement...

Nous nous égarons dans deux chansons, prisonniers

Louvoyant avec la rosée.

Viens, ne serait-ce qu’une seule fois, dans mes pensées,

Ma sœur !

La fin de la nuit me dépouille de mes couleurs et de l’ombre

Et me soustrait au déshonneur !

Et dans tes yeux, ô ma lune ancienne,

Mes origines me tirent

Vers une somnolence bleue,

Loin de l’aube de l’exil,

Sous le soleil... et les palmiers,

Auprès de la protection des miens.

[...]

2

... Nous passons sur le chemin,

Enchaînés,

Prisonniers.

Laquelle, de ta main ou de la mienne,

A endolori l’autre ?

Je ne sais.

Mais aucune ne planta cette fois,

Dans ta poitrine ou la mienne,

Le dard du souvenir.

Comme si nous étions deux passants anonymes,

Et dans nos regards,

Ni manque

Ni contrition

Ou regards courroucés.

Et nous nous perdons dans la foule

Pour de petits achats,

Sans garder pour notre nuit,

La cendre... qui rappelle la braise.

Et dans mes veines, une voix

Me convie

A boire au creux de tes mains,

La crémation du souvenir.

[...]

 

6

Le soir nous atteignit...

Le soleil

Peignait sa chevelure dans la mer,

Et le dernier baisait accostait

A mes yeux, braises.

 - De moi, prends les vents

Et embrasse-moi

Une dernière fois.

... Le matin l’atteignit.

Le soleil peignait sa chevelure au levant.

Pour elle, la noce, le henné

Et une place au palais des favorites.

- De moi, prends les chansons,

Et de moi, souviens-toi

L’instant d’un éclair.

... Le soir m’atteignit.

Les cloches

Carillonnaient pour la belle sabine,

Mon cœur était froid comme un diamant,

Et mes rêves, caisses sur le quai des ports.

- De moi, prends le printemps

Et fais-moi tes adieux...

1966

 

Traduit de l’arabe par Elias Sanbar

In, Mahmoud Darwich : « La terre nous est étroite et autres poèmes »

Editions Gallimard (Poésie), 2000

Du même auteur :

Fresque sur le mur (29/06/2014)

Pluie d’automne lointain (29/08/2015)

 إلـى أمّــي /A ma mère / (29/08/2016)

La quasida de Beyrouth (29/08/2017)

درس من كاما سوطرا  /  L’art d’aimer  (29/082018)

L’enfant réfugié (29/08/2019)