gard-florian[1]

 

 

Le lion et le léopard

 

 

Un valeureux lion, roi d'une immense plaine,

Désirait de la terre une plus grande part,

Et voulait conquérir une forêt prochaine,

          Héritage d'un léopard.

 

L'attaquer n'était pas chose bien difficile ;

Mais le lion craignait les panthères et les ours,

Qui se trouvaient placés juste entre les deux cours.

Voici comment s'y prit notre monarque habile :

Au jeune léopard, sous prétexte d'honneur,

          Il députe un ambassadeur :

C'était un vieux renard. Admis à l'audience,

Du jeune roi d'abord il vante la prudence,

Son amour pour la paix, sa bonté, sa douceur,

          Sa justice et sa bienfaisance ;

Puis, au nom du lion propose une alliance

          Pour exterminer tout voisin

 

          Qui méconnaîtra leur puissance.

Le léopard accepte ; et dès le lendemain,

          Nos deux héros, sur leurs frontières,

Mangent à qui mieux mieux les ours et les panthères ;

Cela fut bientôt fait ; mais quand les rois amis,

          Partageant le pays conquis,

          Fixèrent leurs bornes nouvelles,

          Il s'éleva quelques querelles.

Le léopard lésé se plaignit du lion ;

          Celui-ci montra sa denture

 

          Pour prouver qu'il avait raison ;

Bref on en vint aux coups. La fin de l'aventure

          Fut le trépas du léopard :

          Il apprit alors un peu tard

Que contre les lions les meilleures barrières

Sont les petits Etats des ours et des panthères

 

 

Fables de Monsieur de Florian.

Impr. de P. Didot l’aîné, 1792 

Du même auteur :

Le grillon (07/02/2015)

Le Voyage (07/02/2016)

La carpe et les carpillons (23/07/2018)

La guenon, le singe et la noix (24/07/2019)