Dz7JctWWoAAYsDj[1]

 

Les zèbres

 

Lumière entre les lattes en bois

des persiennes d’hôtel mi-closes

à gauche sur la place de la gare

lumière qui tombait découpée en lanières

nous couvrant d’une peau de zèbre

et les deux zèbres luttaient dans la lumière et l’ombre

marqués de rayures blanches et noires en diagonale

par les phares des voitures

plongée blanche et noire dans ta chair.

Parfois je vois encore après tant d’années

des marques blanches et noires de zèbre sur ma peau

étant seul à l’hôtel dans une ville du bord de mer.

 

Traduit du grec par Michel Volkovitch

In « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie"

Editions Gallimard / Cultures France (Poésie), 2010

Du même auteur :

Femme (09/05/2018)

Les montagnes /Τα βουνά (09/05/2019)

 

Οἱ ζέβρες

 

Φῶς μέσα ἀπὸ τὶς κινητὲς ξύλινες γρίλιες

μισόκλειστων παραθυρόφυλλων ξενοδοχείου

στ’ ἀριστερὰ τῆς πλατείας τοῦ σταθμοῦ

φῶς ποὺ ἔπεφτε κομμένο σὲ λουρίδες

ντύνοντάς μας μὲ δέρμα ζέβρας

δυὸ ζέβρες ποὺ παλεύαμε στὸ φῶς καὶ στὸ σκοτάδι

μὲ ἀσπρόμαυρες ρίγες χαραγμένες διαγώνια

ἀπὸ τοὺς προβολεῖς αὐτοκινήτων

ἄσπρη καὶ μαύρη βύθιση στὸ σῶμα σου.

Ὕστερα ἀπὸ τόσα χρόνια κάποτε ξαναβλέπω

ἀσπρόμαυρες ραβδώσεις ζέβρας στὸ πετσί μου

σὰ μένω μόνος σὲ ξενοδοχεῖο παράλιας πόλης.

Poème précédent en grec :

Kik Dimoulá / Κική Δημουλά : Temps allongé / ΑΝΑΣΚΕΛΟΣ ΧΡΟΝΟΣ (29/02/2020)