12_3195[1]

 

 

Passant près d'un banc vide

 

Bonsoir, petite Evy, bonsoir comme autrefois,

toi qui, depuis de si longs jours déjà ,

demeures loin de moi.

 

Bonsoir dès que je passe à côté de ton banc

dans le parc étranger où nul ne va s’asseoir,

où personne dans le noir ne dresse les oreilles

quand le silence sur nous s’étend dans les buissons,

et que, très lentement, avec la nuit qui tombe,

s’éteint dans la pénombre le murmure de mes mots :

 

entre plaisir et peine

à travers deuil et joie,

 

Bonsoir, petite Evy, bonsoir à bientôt

comme alors, mon Evy, serrés l’un contre l’autre,

à deux sur ce vieux banc.

 

Parc du Ranelagh, Paris, le 12 mai 2009

 

In, « Les sentiers de velours sous les pas de la nuit »,

« Peut-être, Cahier N°1», 2010

Association des Amis de l’œuvre de Claude Vigée, 77144 Chalifert

Du même auteur :

L’eau des sombres abysses (03/04/2015)

La clef de l’origine (03/04/2016)

 Soleils… » (03/04/2017)

« Entre la terre obscure… » (03/04/2018)

« Depuis l’origine... » (27/04/2019)

 

 

Ich geh àm e läre bänkel verbéi

 

Güede ôwe lièbs Evilé, güede ôwe wie frihjer,

dü wie so làng schun

witt ewegg bésch vun mièr.

 

Güede ôwe wenn’i verbéi geh àm läre bänkel dort

ém e fremde schtàdtgàarde wo jetz nièmets meh sétzt,

 

wo ken mensch ém dunkle sini ohre noch schpétzt

wenn’s rund um uns beidi én de hecke schtéll word,

 

un làngsàm noochem nàchtfàll

ém schàtte verschtummt min gemurmeldes word :

 

durich d’luscht sickert s’leid,

én d’r noot schprüdelt d’fraid,

 

güede ôwe, lièbs Evy, güede ôwe biss bàll,

wie vorhäre, lièbs Evy, uffem bänkel ze zweit…

 

Bàriss, parc du Ranelagh,
de 12. Mai 2009