jude-2-w_GF[1]

 

A une lectrice d’arbres

 

 

Chère amie me dites-vous peu longévif

que le séquoia atteint jusqu’à mille

ans pour m’accabler ou parce qu’il se plaît

au bord des eaux ? Résister au froid le pin

qui préfère la tourbe – moi me fige

l’argile finale ayant trop vu trôner

le thuya au centre des hospices où

jouent les vieillards aux fantômes

et l’on dit menacé l’orme ? Mais le port

du tremble, le couvert dense du tilleul

où chantaient les pipeaux pastoraux,

l’orange des sorbiers ? O blanche aubé-

pines et magnolias roses acacias !

En ville souffre l’épicéa dont

vous auriez pitié : je vous prie

ne me parlez plus de l’amer cy-

 

Neuf poèmes neufs

In, « La Nouvelle Revue Française, N° 282, Juin 1976 »

Du même auteur :

 « les Vieux… » (19/04/2015)

(Messe blanche.) (19/04/2016)

(Memento mori.)  (19/04/2017)

(Ni vie ni mort) (19/04/2018)

Dans les matinées (19/04/2019)