Marcela_Delpastre_1_

 

     Entre toutes choses je louerai la main. Cinq doigts. Le poing fermé,

l’oiseau qui dort, la tête sous l’aile.

     Cinq doigts. Le poing qui se déplie comme une aile, la feuille de mai.

L’oiseau qui se réveille. La tête, les pattes, le bec. La main vivante. Je te

louerai.

     La main qui s’ouvre et s’étend vers l’arbre et vers le pain, vers l’ombre

et le soleil, et la chaleur du feu.

     La main qui est faite pour prendre le pain de la pointe des doigts, le raisin

sur la branche, et le creux de la main pour cueillir l’eau entre les pierres. 

     Tout ce qui se boit, tout ce qui se mange. Et pour porter au corps ce qui va

là. Je te louerai.

     La main qui est faite pour toucher la terre, pour lever la glèbe et pour la

travailler, pour semer le blé dans les parfums de l’automne. Ma main, je te

louerai.

     La main qui est faite pour pétrir le pain, l’argile et la chair tendre. Qui sait

tenir, qui sait porter.

     Qui fait monter le grain de la graine vivante, et le panier des éclisses ; et le

plaisir du corps comme une flamme. Qui sait bâtir, qui sait caresser.

     Qui sait défendre sa vie, le poing fermé sur le couteau. Et qui s’ouvre sur la

femme.

     La main dure comme la racine, comme la pierre. Et qui connaît chair contre

chair la douceur de la femme et la chaleur du sang, la peau humaine.

     La main qui arrête le taureau, qui retient le cheval. Et qui ne garde pas le

vent...

 

(Louange de la main)

 

Traduit de l’occitan par Marcelle Delpastre,

in, Revue « Poésie 1, N° 79-80, Septembre - Octobre 1980 »

Editions Armand Colin, 1980

 

 

     Entre tot lauvarai la man. Cinc dets. Lo ponh barrat, l’ausel que duerm,

emb la testa jos l’ala.

    Cinc dets. Lo ponh que se despleja coma na ala, la fuelha de mai. L’ausel

que se desvelha. Cinc dets. La testa, las pautas, lo bec. La man viventa. Te

lauvarai.        

     La man que se duebre e s’estend vers l’aubre e vers lo pan, vers l’ombra e lo

solelh, e la chalor dau fuec.

     La man qu’es facha per prener lo pan de la poncha daus dets, lo rasim sus la

brancha, e lo crôs de la man per culhir l'aiga ente las peiras.

     Tot çò que se beu, tot çò que se minja. E per portar au còrs çò que lai vai.

Te lauvarai.

     La man qu’es facha per maniar la terra, per levar la gleva et per la trabalhar,

per semenar lo blat dins los perfums de la darriera. Ma man, te lauvarai.

     La man qu’es facha per prestir lo pan, l’argiu e la charn tendra. Que sap

tener, que sap portar.

     Que fai montar lo grum de la grana viventa, e lo panier de las cliças ; e lo

plaser dau còr coma na flamba. Que sap bastir, que sap flatar.

     Que sap defendre sa vita, lo ponh barrat sus lo coteu. E que se duebre sus la

femna.

     La man dura coma la raiç, coma la peira. E que coneis charn contra charn la

doçor de la femna e la chalor dau sang, la peu umana.

     La man qu’arresta lo taureu, que reten lo chavau. E que ne garda pas lo

vent...

 

(Laus de la man)

 

Saumes pagans

Institut d’Etudes Occitanes, 24430 Marsac sur L'Isle, 1974

Poème précédent en occitan :

Bernart de Ventadorn :« Quand voie l’alouette mouvoir... » / « Quan vei la lauzeta mover... » (13/02/2020)