bergeret3_1_

 

Fleuve lent

 

UNE PLUIE DORMANTE

 

Pluie louvière

                ces bramements de forêts perdues sous leur marais de brume

           tels corps, œil bas

                    corps          flétri en très lointaine côte

 

Pluie

       la tenace ancienne

           la tenace drapante

                              tendre étau

 

Livraison encore et encore

      j’y trouve hélas la mesure exacte de la solitude

                                                  graminée perdue

 

LOURD NUAGES

 

     Panache ombreux

                    comme la nuit se cogne, loi d’airain, à ses vieux

                    mythes

fumée          la tête inclinée       biais sou le ciel

                                                  on court à la curée

 

               odeur presque indicible

     la glaise étire ses plus douloureux regrets

                  quelle tanière de loutre aveugle

                     veut voguer        le front bas ?

 

          Collusion à l’écluse

               où    vannes  entrebâillée  va glisser

                              faible palabre gris

                  la foule muette des renoncements divers 

 

dessein défait sous les nuages

        cerne lourd

     les champs        ils étaient bavards

                                  ils baissent le ton

 

                                            si l’horizon même les délaissait

 

*

Sera-t-il jamais temps

     que nous laissions venir à nous

                    sur ce pré

                         jamais fauché

           comme anse claire au bord de l’eau

                  qui pour seul droit connaît celui du soleil

                                          roture nue

 

       à nous venir notre bestiaire

             puisque les roues du feu ici ne paissent

           ou pacage à tout le moins de salamandre

 

     notre bestiaire

              persiennes levées         chimères

 

                       ombres d’enfants perdus

               ces coups intimes de la mer à notre crique nue

 

L’ŒIL DU FLEUVE

 

L’œil du fleuve

     témoin de la gestation des projets de la plaine

                                       des nuages

               transits d’un clan de cantons à l’autre

                                           des rumeurs

 

L’œil du fleuve

       nul

          nul riverain ne le voit

     car il est au milieu de ce passage inouï de lui à lui-même

 

il secoue au juste la paix

              bailleur de silence

 

          la plaine l’évite

             la plaine basse

 

                   que son fleuve laboure

 

Dictée de l’œil secret

 

In, « Cahier de poésie 3 »

Editions Gallimard, 1980

Du même auteur :

 « Nous allons de toi à moi… » (18/02/2016)

La forêt l’attente (28/03/2019)