123_1_

I

 

FRAGMENT

 

Sous la lune allaient les chars à bœufs...

Les chars à bœufs allaient vers Afyon via Akchehir.

La terre était tellement interminable,

                                     les montagnes étaient si lointaines

                                     que de ceux qui s’en allaient,

                                     on aurait dit qu’ils n’arriveraient jamais                                                                             

                                    nulle part

Les chars à bœufs allaient avec leurs roues pleines,

les toutes premières qui aient jamais roulé sous la lune,

Les bœufs sous la lune

étaient tout petits,

                                    tout courts sur pattes,

comme s’ils étaient venus là d’un monde autre

et minuscule,                                                                        

avec des reflets de lune sur leurs cornes cassées.

Sous leurs pieds c’était la terre qui coulait,

                                    la terre

                                    qui coulait.

La nuit est brûlante et claire,

                                    et sur le lit des chars

                                    les crosses bleu marine sont toutes

                                    nues...

Et les femmes,

                               sans en avoir l’air

                                    regardaient sous la lune

                                    les cadavres des bœufs et des roues

                                    abandonnés par d’autres caravanes...                                                                   

Et les femmes, nos femmes à nous,

                       avec leurs mains effrayantes et sacrées,

                       avec leur frêle petit menton et leurs yeux énormes,                                                                         

                       nos mères, nos épouses, nos bien aimées,

                       celles qui meurent comme si elles n’avaient jamais vécu                                                               

                       et celles dont la place à table vient après notre bétail,                                                                       

                       celles pour qui nous pourrissons en prison

après les avoir prises dans le maquis,

et celles qui ramassent le coton, le tabac,

                                    le bois, celles qui vont au marché

et celles qui s’attellent à la charrue,

et dans les étables, à la lueur du couteau planté au sol,

aux lueurs des couteaux plantés au sol,

les femmes aux hanches ondulantes son autres et les crotales (*) sont nôtres

Nos femmes...

A présent sous la lune,

suivant les chars et les cartouches,

on aurait dit qu’elles étaient sur l’aire d’un champ

                                    en train de battre les épis couleur d’ambre,

                                    avec la même tranquillité,

                                    avec la même accoutumance fatiguée,

et parmi les schrapnells calibre 15,

                                    des enfants au cou mince,

et sous la lune les chars à bœufs

                                    allaient vers Afyon via Akchehir...

Ordre du jour du 6 août.

La Iére et la 2ème armée, avec

                                    tous ses effectifs, ses chars à bœufs

                                    et ses régiments de cavalerie,

change de terrain,

                                    va changer de terrain.

                                    98 956 fusils

                                    325 canons

                                    2 800 mitrailleuses, etc.

                                    2 500 sabres

                                    et 186 000 cœurs humains, éblouissants

                                    et deux fois plus

                                    de bras, d’oreilles, de pieds, d’yeux

                                    bougeaient dans la nuit

Dans la nuit la terre,

dans la nuit le vent,

liés aux souvenirs, coupés des souvenirs

                                                                   dans la nuit :

des êtres, des outils, des bêtes

et pressent les uns contre les autres avec

                                    leurs ferrailles ,leurs bois, leurs instruments,

                                    trouvant un salut

                                    effrayant et silencieux

                                    à se presser les uns contre les autres,

                                    mains terreuses,

                                    pieds énormes et fatigués

                                                                           ils marchaient.

 

(Epopée de la guerre d’indépendance)

 

Traduit du turc par Abidine

In, « Nâzim Hikmet, anthologie poétique »

Scandéditions, 1993

Du même auteur :

La plus drôle des créatures (19/10/2015)

Peut-être que moi (19/10/2016)

La cigarette non-allumée (19/10/2017)

Lettres et poèmes (1942 – 1946) (06/03/2019)